Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 13:59

Photo0009

"T'es bien un mec toi !".

Voilà ce que m'a dit une collègue de boulot l'autre jour. Et voilà un truc qui me gonfle.

Bon, d'accord, je suis un mec, ça c'est flagrant, mais m'associer, moi, à tous les stéréotypes vehiculés dans cette simple expression, non !

C'est quand même fou ce que les gens peuvent fonctionner par clichés. Je le sais, je m'amuse avec ça à longueur d'articles sur ce blog. Mais je suis effaré qu'on continue à penser qu'il existerait une liste de différences entre les hommes et les femmes (psychologiques pas physiques, les différences).

Au nom de quoi les hommes seraient-il plus bordéliques, plus agressifs ou moins attentionnés que les femmes ? On a fait des études ? Ben oui. Et bien non, les hommes ne sont réellement pas plus bordéliques, agressifs ou moins attentionnés que les femmes. Mais le stéréotype perdure et est entretenu autant par les hommes que par les femmes d'ailleurs.

Le truc c'est de réfléchir deux secondes, prenez les gros clichés sur les hommes, ils ne rangent jamais, ne font pas la vaisselle, oublient les anniversaires et la Saint Valentin etc. Vous imaginez la vie des couples homosexuels ? Vivre dans le bordel avec des piles d'assiettes sales sans jamais se faire de cadeaux et en plus les deux devant la télé avec une bière, regardant le foot !! Faut pas exagérer quand même. Oui mais, me direz-vous, c'est pas pareil. Ah ! Les homosexuels ne sont pas des hommes ? Ils n'ont pas été élevés en tant que tels ? Tiens donc, on me cacherait des choses ? Faites pareil avec les clichées sur les femmes appliqués aux couples lesbiens, vous verrez que ça ne tient pas non plus.

En fait, le stéréotype est un truc confortable, c'est le transat du cerveau. Pas besoin de se fatiguer à savoir pourquoi une personne fait telle ou telle chose, vu que c'est dans la nature des mecs ou des femmes. Pas la peine de savoir pourquoi votre compagne pleure : "les femmes pleurent tout le temps". Ceci dit en passant, "les hommes ne pleurent pas" oui mais, est-ce qu'ils ne le font pas parce que c'est comme ça ou parce qu'on leur a appris depuis tout petit que les hommes ne pleuraient pas ?

"Chéri tu peux faire la vaisselle ?

-Ah ! Désolé, ma puce mais non, moi je suis un homme, pas de vaisselle et en plus ce soir il y a match à la télé".

Eh oui, on peut aussi se servir des clichés pour glandouiller. Bon je sais, ce genre de choses est plus facile pour les hommes que pour les femmes, vu que nous, nous ne faisons rien à la maison, que nous attendons, les pieds sous la table que le repas soit près et je ne vous parle même pas de faire une lessive (de toute façon, quand elles voient arriver un homme, les machines à laver chopent la trouille) ou de repasser. On ne parle pas non plus de s'occuper des enfants, de changer les couches ou de faire manger les apprentis plâtriers qui tentent de reboucher les trous de la table avec de la purée de légumes. 

Ce qui est encore pire c'est que nous (enfin nous, faut pas exagérer non plus) élevons nos enfants dans ses clichés là. Nous leur apprenons ce qu'est un homme et ce qu'est une femme. Le plus difficile c'est d'éviter le rose pour les filles et les pelleteuses pour les garçons. On essaye tous les jours, mais il existe une certaine forme de pression faite sur les enfants. Et les enfants n'aiment pas être différents des autres.

Le truc vicieux dans les clichés, c'est qu'à la longue certaine personnes y croient. Certaines femmes sont persuadées être inférieur aux hommes, elles sont sûres que sans eux, elles ne pourraient pas y arriver, cruches qu'elles sont. Et certains hommes sont persuadés qu'ils sont supérieurs aux femmes et qu'elles ne sont bonnes qu'a rester à la maison pour s'occuper du ménage et des enfants. Le pire c'est que ces hommes et ses femmes là entretiennent les stéréotypes et leur donnent une raison d'être au détriment de toutes les femmes qui voudraient, elles, casser les clichés et devenir maçon ou mécanicien parce que c'est un boulot qui leur plait.

C'est pour ça qu'il est important que nous donnions à nos enfants un esprit libre, une capacité de juger les choses par eux même sans avoir à se référer au "grand livre des idées toutes faites et faciles à utiliser". Vous me direz que c'est plus facile à dire qu'à faire. Oui je sais. Et en plus c'est pas gagner qu'on fasse avec ça, de nos enfants, des êtres libres. Mais on aura fait de notre mieux. Au final ce sont eux qui choisiront ce qu'ils veulent être. 

Enfin surtout Tristan, parce que Louise, elle fera ce que veut son papa, comme toutes les filles.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

andrea 30/03/2011 22:05



heu.... mais c'est parce que justement tu es un mec qu'elle te montre ses bourrelets! ^^



Jo 30/03/2011 22:28



oÔ Jalouse !!!



mamie kit 30/03/2011 11:23



le titre et la dernière phrase... petits bonheurs du jour. le contenant comme d'hab, j'applaudis. Une fan



Jo 30/03/2011 15:14



Alors, pour te faire plaisir, je veillerai sur mes titres et mes dernières phrases. : )



Présentation

  • : Le blog de Tristan
  • Le blog de Tristan
  • : Né le 26/08/2009 à 11h25
  • Contact

Bonjour et bienvenu

Tristan, c'est mon fils, il est né le 26 aout 2009. Il a une soeur, Louise, née en avril 2006

Petites chroniques  de la vie de papa.

je vous souhaite bonne lecture.

Si ce blog vous plait, vous pouvez vous tenir au courant des nouveaux articles en inscrivant votre mail dans la case "Newsletter"

Recherche

Mails

Pour joindre Georges : g.boffi@free.fr

Articles Récents

  • Monologue du Génie
    La vie de génie dans une bouteille est plutôt tranquille. Évidemment, il ne faut pas avoir besoin d’une vie sociale exaltante. Pas question de soirées entre amis ni de folles virées à travers la ville, passant de bars en boites de nuits. Contrairement...
  • Dans mes bras
    Tu ne te souviens pas du nombre de fois où je t’ai pris dans mes bras. Du jour de ta naissance à peine libéré de ton cordon à tes cauchemars qui me font me lever au milieu de la nuit. Des soirées à chercher ton sommeil de bébé aux câlins qui nous font...
  • Et gronde l'océan du monde
    Quand je te regarde mon amour, petite fille blonde aux yeux clairs, quand je te regarde, je vois un bébé face à l’océan. Les vagues gigantesques du monde qui vient, pleines du bruit et de la fureur d’une humanité malade. Ces rouleaux qui broient même...
  • Juste écrire
    C’est drô le comme il suffit d’un rien parfois. Juste une phrase lu sur le net ou dans un livre, un déclic et tu te dis que tu as envie d’écrire. Écrire c’est difficile mine de rien, c’est épuisant, vidant. C’est quelques fois comme si on s’écorchait...
  • A pleines dents
    Tristan a mordu un camarade l’école. Alors, que les choses soient claires, je ne lui en veux pas fondamentalement pour ça. D’accord, ce n’est pas sympa, cela ne se fait pas de mordre les autres, il faut le disputer pour le principe, le punir si nécessaire...
  • Les dinosaures ont disparus
    C’est le cycle de la vie, les dinosaures s’éteignent. Louise les délaisse petit à petit, au point qu’ils ont quasiment disparu de ses jeux et de ses lectures. Ils sont remplacés par les licornes et les chevaux. Après en avoir discuté avec d’autres parents,...
  • Les seconds seront...les seconds.
    Pas facile d'être le second. J’ai toujours eu l’impression de comprendre Louise, j’ai commis des erreurs, trop stimulé son petit cerveau je crois, mais on veut toujours faire bien pour le premier enfant. Et puis, le premier enfant et toujours le centre...
  • Qu'il était beau mon moyen-âge
    C’est bien d’être entre mecs. Enfin bon, on ne passe pas notre temps à parler foot et politique comme le font la plupart des mecs. Tristan n’en est heureusement pas encore à ce moment de sa vie. Non, il parle plutôt de jeux, de dessins animés, de chocolat...
  • Seul avec Papa
    Les filles sont parties. Hé oui, cette semaine, Carole et Louise sont en classe découverte. Cinq jours loin de la maison. Me voilà donc tout seul avec mon fils. Je ne suis pas sûr que Carole se rende compte à quel point c'est dangereux d'avoir fait ça....
  • Tristan, il faut qu'on cause.
    Bon, nous y voilà. Je vous avais expliqué les déboires de Tristan avec l’autorité scolaire qu’est sa maitresse en titre. Bon, je ne peux pas juger, n’étant pas présent, si c’est la maitresse qui déteste mon fils ou si c’est mon fils qui a, par moments...