Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 20:30

P1020146

Louise fait du vélo.

Ca je vous l’avais déjà dit.

Les plus assidus d’entre vous et ceux qui ne sont pas encore victimes de perte de mémoire chronique dues à leur grand âge, savent aussi que je ne suis pas fan des cyclistes. En fait, je ne suis pas un grand sportif.

Mais je ne peux pas interdire à mes enfants de faire du sport. Tristan joue au foot super bien sans que je ne lui ai rien montré, il court après le ballon dans le jardin, il s’éclate comme un petit fou. Il a même poussé le vice jusqu’à dormir avec son ballon hier à la sieste et cette nuit. Et j’ai rien dit, ça vous montre bien que je suis tolérant. Louise s’est mise au judo, elle adore ça, j’espère que ça va lui faire du bien.

Pour en revenir au vélo, maintenant que Louise sait en faire sans roulettes, nous avons décidé l’autre jour de l’emmener sur la piste cyclable qui traverse la forêt pas loin de chez nous. Elle est séparée de la route par un talus ce qui fait qu’elle est sûre et qu’elle rassure nos petits cœurs de parents inquiets. Ni Carole, ni moi n’avons pris de vélo pour les accompagner. Bon, nos vélos sont ou très vieux ou partis dans d’autres contrées, abimer d’autres postérieurs délicats que les nôtres. Et puis, moi, le vélo, ça me va pas au teint, je ne sais pas, en vélo, j’ai ce petit quelque chose qui me rend ridicule et qui fait que j’hésite à en retrouver un. Je veux bien être un papa moderne mais de là à être un papa ridicule, il ne faut pas exagérer quand même.

Nous voici donc partis en famille, nous parents à pieds, Louise pédalant comme une dératée sur la longue ligne droite vallonnée de la piste cyclable et Tristan suivant sur son tricycle sans pédales, cheveux blonds au vent dans les descentes, le nez dans le guidon dans les montées. Une petite balade d’un kilomètre avec ma fille traçant sa route sans s’occuper de nous du moment que nous restions en vue et mon fils, tantôt devant nous, tantôt à la traine en fonction du dénivelé favorable ou non. Petite pause goûté sur la fin du parcours. Et voilà, papa, maman fatigués : « allez, on rentre les enfants »….. « Nooonnn maman, je veux rentrer en véloooo ». Et voilà, en à peine moins de deux heures, la voici accro au loisir à deux roues. Bien sûr, tant qu’elle est petite c’est rigolo, mais je ne tiens pas à la retrouver un jour en combinaison fluo, pédalant au milieu de la route juste pour emmerder les honnêtes automobilistes qui certes freinent et attendent patiemment et civilement le moment de doubler mais qui rêvent au fond d’eux d’écrabouiller la tortue devant eux pour à nouveau goûter à la sensation magnifique de la vitesse.

Il fallut donc trancher. Je choisi de me sacrifier et de rentrer en voiture avec Tristan pendant que Carole profitait du plaisir bucolique de la marche à pied derrière Louise sur le kilomètre qui sépare la piste cyclable de notre domicile. Dans les faits, je rejoins ma fille et sa mère un peu plus loin, espérant un sursaut de fatigue de Louise pour enfin pouvoir ramener toute la famille au foyer. Et bien non. Faisant preuve d’entêtement et par là même scellant définitivement l’hérédité qui la lie à sa maman, Louise refusa encore de monter dans la voiture et continua à pédaler de plus belle.

En désespoir de cause, nous la suivîmes à distance, surtout que Tristan trainait un peu des cuisses. Mon fils est un vrai cycliste du dimanche, il fait ça pour le plaisir de la balade et se moque bien de la distance du rythme ou de la combinaison moulante fluo avec chaussures intégrées qui le rend si seyant dans les réceptions mondaines. Non, Tristan, lui, se promène. Il va s’arrêter pour un caillou ou un insecte, nous montrer la lune ou un nuage qui lui parait remarquable, bref, il prend son temps.

On a bien sur essayé de ruser, à mi-parcours se trouve la maison de gens très sympa dont les enfants sont à l’école avec Louise. Nous fîmes donc une halte imprévue et nous incrustèrent un petit coup, le temps que ma fille joue, courre, saute, se fasse piquer par des orties et  décide que finalement, elle voulait continuer à vélo jusqu’à la maison. Donc au final, non seulement elle est rentrée en vélo avec sa maman mais en plus, elle a réussi à entrainer avec elle ses deux camarades ainsi que leurs parents. Moi, je suis courageusement rentré en voiture afin qu’il y ait au moins une personne valide sur la ligne d’arrivée.

Depuis, Tristan a fait une grande découverte : le vélo de sa sœur va plus vite que le sien. Il s’est donc mis en tête de lui piquer, mais prudent, il met le casque, à l’envers certes, mais il le met. Il n’atteint pas les pédales, il ne tient pas en équilibre, il n’est même pas capable de soulever le vélo de sa sœur. Mais il s’en moque car il a une parade : son papa. Il vient vers moi, le casque de sa sœur à l’envers sur la tête, il prend ma main en disant « vient papa ». Il me tire littéralement jusqu’à la bicyclette de Louise et m’explique avec ses mot à lui qu’il va monter dessus que je le veuille ou non et qu’il vaudrait mieux que je tienne le vélo si je ne veux pas que ça finisse en catastrophe. Je promène donc Tristan sur le vélo de Louise à travers le quartier au son du « plus vite papa…. » ; « hé ho, je fais ce que je peux, en plus c’est moi qui pousse alors un peu de respect ».

Au final, je me bousille le dos pour que mon fils puisse s’amuser avec le vélo de sa sœur. Vous voyez que c’est dangereux le sport.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mamie kit 07/10/2011 22:27



et en plus, c'est vrai... j'ai vu le papa le faire. voui VOUIII !  même qu'il en a attrapé mal à la tête. Si c'est pas un papa ça, prêt à se sacrifier. Mais c'est normal, car c'est mon
presque bo-fils...


,



Présentation

  • : Le blog de Tristan
  • Le blog de Tristan
  • : Né le 26/08/2009 à 11h25
  • Contact

Bonjour et bienvenu

Tristan, c'est mon fils, il est né le 26 aout 2009. Il a une soeur, Louise, née en avril 2006

Petites chroniques  de la vie de papa.

je vous souhaite bonne lecture.

Si ce blog vous plait, vous pouvez vous tenir au courant des nouveaux articles en inscrivant votre mail dans la case "Newsletter"

Recherche

Mails

Pour joindre Georges : g.boffi@free.fr

Articles Récents

  • Monologue du Génie
    La vie de génie dans une bouteille est plutôt tranquille. Évidemment, il ne faut pas avoir besoin d’une vie sociale exaltante. Pas question de soirées entre amis ni de folles virées à travers la ville, passant de bars en boites de nuits. Contrairement...
  • Dans mes bras
    Tu ne te souviens pas du nombre de fois où je t’ai pris dans mes bras. Du jour de ta naissance à peine libéré de ton cordon à tes cauchemars qui me font me lever au milieu de la nuit. Des soirées à chercher ton sommeil de bébé aux câlins qui nous font...
  • Et gronde l'océan du monde
    Quand je te regarde mon amour, petite fille blonde aux yeux clairs, quand je te regarde, je vois un bébé face à l’océan. Les vagues gigantesques du monde qui vient, pleines du bruit et de la fureur d’une humanité malade. Ces rouleaux qui broient même...
  • Juste écrire
    C’est drô le comme il suffit d’un rien parfois. Juste une phrase lu sur le net ou dans un livre, un déclic et tu te dis que tu as envie d’écrire. Écrire c’est difficile mine de rien, c’est épuisant, vidant. C’est quelques fois comme si on s’écorchait...
  • A pleines dents
    Tristan a mordu un camarade l’école. Alors, que les choses soient claires, je ne lui en veux pas fondamentalement pour ça. D’accord, ce n’est pas sympa, cela ne se fait pas de mordre les autres, il faut le disputer pour le principe, le punir si nécessaire...
  • Les dinosaures ont disparus
    C’est le cycle de la vie, les dinosaures s’éteignent. Louise les délaisse petit à petit, au point qu’ils ont quasiment disparu de ses jeux et de ses lectures. Ils sont remplacés par les licornes et les chevaux. Après en avoir discuté avec d’autres parents,...
  • Les seconds seront...les seconds.
    Pas facile d'être le second. J’ai toujours eu l’impression de comprendre Louise, j’ai commis des erreurs, trop stimulé son petit cerveau je crois, mais on veut toujours faire bien pour le premier enfant. Et puis, le premier enfant et toujours le centre...
  • Qu'il était beau mon moyen-âge
    C’est bien d’être entre mecs. Enfin bon, on ne passe pas notre temps à parler foot et politique comme le font la plupart des mecs. Tristan n’en est heureusement pas encore à ce moment de sa vie. Non, il parle plutôt de jeux, de dessins animés, de chocolat...
  • Seul avec Papa
    Les filles sont parties. Hé oui, cette semaine, Carole et Louise sont en classe découverte. Cinq jours loin de la maison. Me voilà donc tout seul avec mon fils. Je ne suis pas sûr que Carole se rende compte à quel point c'est dangereux d'avoir fait ça....
  • Tristan, il faut qu'on cause.
    Bon, nous y voilà. Je vous avais expliqué les déboires de Tristan avec l’autorité scolaire qu’est sa maitresse en titre. Bon, je ne peux pas juger, n’étant pas présent, si c’est la maitresse qui déteste mon fils ou si c’est mon fils qui a, par moments...