Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 21:14

Photo0038

Un grand philosophe a dit un jour « Si tous les généraux et tous les gradés du monde avaient chacun un chat sur les genoux, et bien moi je me sentirais vachement mieux »*

Si je vous dis ça, c’est qu’il m’est arrivé une chose pas banale hier.

Carole s’était absentée. Louise, chez la voisine, tentait de démontrer une fois de plus aux parents de sa copine que lors de sa conception, ils avaient oublié, on ne sait trop comment de prévoir un cerveau à leur fille. C’est ce qui lui donne ce regard si répandu chez les concurrents des émissions de tf1. Moi, resté seul à la maison, je comptais me reposer un peu en attendant que Tristan se réveille de sa sieste. Je décide donc de larver devant une série télé anglaise inconnue de la plupart des français. C’était sans compter sur mon fils qui décide de se réveiller environ dix minutes après le départ de sa maman avec en prime l’humeur de chien qui le caractérise quand il n’a pas assez dormi et qui fait qu’il me ressemble quand même un peu malgré tout.

Bon, j’essaie plusieurs choses, le bercer, le coucher dans le lit avec moi, lui parler gentiment, mais rien n’y fait, monsieur est chouineur et a décidé de me pourrir l’après-midi. A bout d’idées je le laisse aller là où il veut. Il se dirige dans le salon et se casse la figure sur le tapis. Bonne pâte je m’agenouille pour le consoler et le voilà qui pose sa tête sur ma cuisse et qui en moins de temps qu’il ne faut pour le dire s’endort comme ça sur moi.

Me voici donc à genoux mon fils dormant sur dessus, coincé. Je tente d’envoyer une photo à Carole par sms. Evidemment, j’entends aussitôt sonner son portable oublié à la maison. Seul, dans la maison vide, je me fais une raison, je vais devoir rester ainsi tant que mon fils ne daignera pas bouger. Déjà je sentais les picotements reconnaissables des fourmis dans les pieds, mais je restais là, stoïque, veillant avec bienveillance et solitude sur le sommeil de Tristan.

Quelques fois, le temps parait long très long, très, très long. Pas là en fait. Au bout de plusieurs minutes Tristan bouge et décide de continuer sa sieste couché sur le tapis. J’en profite pour me libérer à mon tour des fourmis qui peuplent mes extrémités inférieures. J’ai à peine le temps de m’exécuter que j’aperçois par la fenêtre, ma gentille fille qui arrive en courant vers l’entrée de la maison.

Il existe des enfants calmes discrets qui rentrent et sortent avec la discrétion d’un espion posant des micros dans le bureau d’un ministre. Louise, elle, est plus proche de la discrétion du commando d’élite venant libérer des prisonniers avec l’ordre de n’en faire aucun et de tout raser.  Louise est à l’enfant calme ce que le tsunami est au rond dans l’eau.

Je la vois donc arriver pour ouvrir la porte et probablement me hurler quelque chose d’aussi essentiel que « PAPAAAAA, JE SUIS RENTREEEE », « Oui merci, j’ai vu….Attends, je décroche le chat du plafond… ». Et tout se déroule alors comme au ralentit je la vois qui approche sa main de la poignée de la porte, je me précipite en silence vers l’entrée, la porte s’entrouvre sur « PAAaa » interrompu par mon « CHHHHHHHHHHH !!!! » insistant et un froncement de sourcils évocateurs de soucis à venir en cas de désobéissance. Louise se tait immédiatement…. Trop tard, le quelques centaines de décibels expédiées au-delà de sa gorge pendant une fraction de seconde on réussit à réveiller le beau au tapis dormant. Je soupire, expédie Louise dans le jardin en deux phrases et retourne voir Tristan toujours allongé sur le sol comme un sioux qui écouterait approcher un troupeau de bisons. Je vais vers lui, saisis une couverture qui passait par là en lieu et place du troupeau de bison qui lui ne montrera jamais son museau et la pose sur mon petit ensommeillé. Il gigote, bouge, se retourne, relève la tête, me regarde et la repose…sur ma cuisse tout juste remise de l’invasion des «  insectes sociaux formant des colonies, appelées fourmilières, parfois extrêmement complexes, contenant de quelques dizaines à plusieurs millions d’individus » (cf. : Wikipédia)

Me voici à nouveau oreiller forcé de mon fils. Le petit ange ronflait tranquille sur mes genoux pendant que j’étais coincé sur le tapis, regardant l’extérieur avec le même regard désespéré que ma collègue Alex regardant s’éloigner un camion de hamburgers alors qu’elle est coincée dans les portes tournantes de l’entrée du Géant.

La sieste du bébé s’est prolongé encore une bonne demi-heure. Heureusement pour moi qu’il bouge dans son sommeil et que j’ai pu me dégager après plusieurs tentatives.

Le philosophe du début n’a jamais imaginé qu’a la place du chat il pourrait y avoir un bébé. Si je suis de son avis (comme je le suis souvent lorsque ça vient de lui) concernant les chats, je suis sûr que si on les remplaçait par des enfants, non seulement on serait plus tranquille mais je pense que les généraux et tous les gradés deviendraient plus humains.

 

 

 

 

*Gaston Lagaffe

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cathou 14/06/2011 18:09



Bien sûr, j'y compte bien! Mais comme j'ai un nouveau copain en ce moment je suis très occupée :p et évidemment plein de choses à vous raconter...en tout cas je pense très souvent à vous, comme
toujours!



Jo 14/06/2011 20:16



Nous aussi on pense souvent à toi.


La maison t'est ouverte, tu viens quand tu veux.



Cathou 14/06/2011 14:17



trop trop mignon! extrêmement mignon! il a trop grandit, il faut que tu écrives plus souvent...! des bisous à tous vous me manquez!



Jo 14/06/2011 15:41



Tu peux venir aussi à la maison quand tu veux Cath. Ce serait un plaisir de te reçevoir et d'entendre tes aventures new-yorkesques.



andrea 13/06/2011 21:32



first!!!!


c'est-y pas minion!! ^^



Jo 14/06/2011 15:42



Ouais je sais; Mais Tristan est mimi aussi, faut pas l'oublier.


 



Présentation

  • : Le blog de Tristan
  • Le blog de Tristan
  • : Né le 26/08/2009 à 11h25
  • Contact

Bonjour et bienvenu

Tristan, c'est mon fils, il est né le 26 aout 2009. Il a une soeur, Louise, née en avril 2006

Petites chroniques  de la vie de papa.

je vous souhaite bonne lecture.

Si ce blog vous plait, vous pouvez vous tenir au courant des nouveaux articles en inscrivant votre mail dans la case "Newsletter"

Recherche

Mails

Pour joindre Georges : g.boffi@free.fr

Articles Récents

  • Monologue du Génie
    La vie de génie dans une bouteille est plutôt tranquille. Évidemment, il ne faut pas avoir besoin d’une vie sociale exaltante. Pas question de soirées entre amis ni de folles virées à travers la ville, passant de bars en boites de nuits. Contrairement...
  • Dans mes bras
    Tu ne te souviens pas du nombre de fois où je t’ai pris dans mes bras. Du jour de ta naissance à peine libéré de ton cordon à tes cauchemars qui me font me lever au milieu de la nuit. Des soirées à chercher ton sommeil de bébé aux câlins qui nous font...
  • Et gronde l'océan du monde
    Quand je te regarde mon amour, petite fille blonde aux yeux clairs, quand je te regarde, je vois un bébé face à l’océan. Les vagues gigantesques du monde qui vient, pleines du bruit et de la fureur d’une humanité malade. Ces rouleaux qui broient même...
  • Juste écrire
    C’est drô le comme il suffit d’un rien parfois. Juste une phrase lu sur le net ou dans un livre, un déclic et tu te dis que tu as envie d’écrire. Écrire c’est difficile mine de rien, c’est épuisant, vidant. C’est quelques fois comme si on s’écorchait...
  • A pleines dents
    Tristan a mordu un camarade l’école. Alors, que les choses soient claires, je ne lui en veux pas fondamentalement pour ça. D’accord, ce n’est pas sympa, cela ne se fait pas de mordre les autres, il faut le disputer pour le principe, le punir si nécessaire...
  • Les dinosaures ont disparus
    C’est le cycle de la vie, les dinosaures s’éteignent. Louise les délaisse petit à petit, au point qu’ils ont quasiment disparu de ses jeux et de ses lectures. Ils sont remplacés par les licornes et les chevaux. Après en avoir discuté avec d’autres parents,...
  • Les seconds seront...les seconds.
    Pas facile d'être le second. J’ai toujours eu l’impression de comprendre Louise, j’ai commis des erreurs, trop stimulé son petit cerveau je crois, mais on veut toujours faire bien pour le premier enfant. Et puis, le premier enfant et toujours le centre...
  • Qu'il était beau mon moyen-âge
    C’est bien d’être entre mecs. Enfin bon, on ne passe pas notre temps à parler foot et politique comme le font la plupart des mecs. Tristan n’en est heureusement pas encore à ce moment de sa vie. Non, il parle plutôt de jeux, de dessins animés, de chocolat...
  • Seul avec Papa
    Les filles sont parties. Hé oui, cette semaine, Carole et Louise sont en classe découverte. Cinq jours loin de la maison. Me voilà donc tout seul avec mon fils. Je ne suis pas sûr que Carole se rende compte à quel point c'est dangereux d'avoir fait ça....
  • Tristan, il faut qu'on cause.
    Bon, nous y voilà. Je vous avais expliqué les déboires de Tristan avec l’autorité scolaire qu’est sa maitresse en titre. Bon, je ne peux pas juger, n’étant pas présent, si c’est la maitresse qui déteste mon fils ou si c’est mon fils qui a, par moments...