Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 21:08

DSCF3360Bon, nous y voilà.

Je vous avais expliqué les déboires de Tristan avec l’autorité scolaire qu’est sa maitresse en titre. Bon, je ne peux pas juger, n’étant pas présent, si c’est la maitresse qui déteste mon fils ou si c’est mon fils qui a, par moments et par petits moments seulement, un comportement répréhensible qui nécessite une sanction.

Personnellement, mon cœur me dit que mon fils est victime d’un acharnement de sa maitresse qui jalouse le fait que sa mère soit sa supérieure hiérarchique et qui reproche à son père de ne pas lui avoir apporté des chocolats depuis la rentrée scolaire. Mon cœur de papa cri à l’injustice : « Pourquoi lui, hurle-t-il dans le silence résonnant de ma cage thoracique qui se demande ce qui se passe encore, il est super sympa à la maison, ce n’est pas possible, il doit y avoir une erreur, une injustice, un complot ».

Mais ma raison, toujours prompte à gâcher les moments rigolos, me rappelle que je connais la maitresse de Tristan et que je sais très bien que si il se fait punir, c’est plus que mérité, sachant qu’elle est plutôt patiente et qu’elle ne punirait pas mon fils sans une excellente raison, surtout qu’elle devra ensuite expliquer tout ça à sa supérieure hiérarchique qui n’est pas toujours très commode, surtout quand on touche à son fiston chéri.

Lors de ses premières punitions, Carole et moi avions décidé, et expliqué à Tristan que, désormais, la moindre punition reçu à l’école serait aussitôt suivie d’une punition à la maison. Il se le tenait pour dit, et il se tenait à carreau. Mais voilà, toutes les bonnes choses ont une fin.

Mon cœur de père, qui regarde la raison comme un syndicaliste regarde un briseur de grève, me dit que : « Ok, il a fait une bêtise mais il a été entrainé par d’autres, qui eux, sont les vrais responsables, qui ont poussé Tristan vers la bêtise et le non-respect des règles. Lui ne peux pas avoir décidé ça. Je suis sûr qu’ils l’ont poussé, menacé, kidnappé son doudou ou pire, volé sa pâte à modeler ». Non Tristan ne peux pas décider de lui-même de faire le cirque dans ce sanctuaire qu’est l’école, surtout avec sa maman dans la pièce à coté qu’il entend distinctement crier sur les cancres de sa classe tellement les murs sont fins dans cette école.

Mais la raison qui regarde mon cœur de père comme on regarde un type jouer au bilboquet, sachant pertinemment que, aux vues de sa coordination, il ne connaitra jamais la joie de voir la boule en bois s’emboiter dans la poignée, me fait souvenir que Tristan n’est pas le dernier à faire des bêtises, qu’avec sa sœur, ils sont passés maitres dans l’art de me faire tourner en bourrique avec un numéro très rôdé du « c’est pas moi, c’est mon frère ou c’est ma sœur ».

Donc, aujourd’hui, Tristan a de nouveau été puni. C’est pas drôle pour lui, et ce n’est pas facile pour nous parce qu’il va falloir tenir notre promesse et le punir de surcroit.

Mais qu’a-t-il donc fait ? Me demanderez-vous. Et bien je vais vous le dire. Je dois vous précisez que je tiens cette histoire de Louise tout d’abord puis de Carole ensuite.

Alors imaginez une classe de petits enfants, les yeux écarquillés, écoutant, vivant l’histoire lue par une maitresse-conteuse qui fait naitre devant eux des paysages fantastiques et des animaux merveilleux. Bon j'embellie un peu les choses, Carole me signal que sa maitresse travaillait avec un groupe d'élève pendant que Tristan et ses camarades s'activaient seuls ailleurs, bref, ma version à moi me plait plus, mais comme il faut bien céder à la réalité. Donc trois petits garçons dont le mien, assis côte à côte sur un petit banc de bois, s'occupaient avec les activités donnés par leur maitresse. Soudain, les trois garçons se lèvent ensemble, se penchent et crient  « prout, prout, crotte, crotte » de concert avant d’éclater de rire ainsi qu’une bonne partie de la classe je suppose.

Je vous laisse imaginez la colère de la maitresse (bien que moi, en écrivant ses mots, j’ai plutôt tendance à trouver cela rigolo, mais je ne suis pas maitresse et par respect pour celle de mon fils, je vais contenir le sourire qui fait frémir mes commissures). L’affaire remonta jusqu’à la directrice-maman-de-Tristan qui n’eut d’autre choix que de punir les enfants, non sans avoir réprimé un éclat de rire.

Alors, que les choses soient claires, je suis d’accord avec la punition. Même si je trouve le geste amusant, même si j’aurais probablement éclaté de rire sur le moment, je trouve la punition justifiée surtout pour des petits qui doivent apprendre à respecter les règles de vie en groupe. L’insolence est une chose difficilement acceptable. Je vois trop, à mon travail, d’enfants qui sont à la limite de l’insulte lorsqu’ils parlent à leur parent pour cautionner l’insolence, même drôle cette fois-là, de mon fils.

Nous voilà donc ce soir, Carole et moi, face à notre responsabilité de parent et à la promesse faite à Tristan. Nous allons devoir le punir. Mais comment ? La punition est un art difficile. En fait, la punition, si elle veut être efficace doit être personnalisée, un peu comme un cadeau. Ce n’est pas facile, on a toujours tendance, surtout avec le recul à punir plus légèrement. Mais on doit marquer le coup, comme on dit. On doit faire en sorte que Tristan retienne la leçon sans pour autant que ce soit un traumatisme. Les cadeaux les plus chers ne sont pas toujours ceux qui font le plus plaisir, les punitions les plus sévères ne sont pas toujours les plus efficaces. On peut trouver un cadeau pas chèr mais qui tape tellement dans le mille que, pour la personne à qui on l’offre, c’est le plus beau cadeau du monde. Une punition doit être mesurée, pile à la mesure de l’infraction et pile priver le puni de ce qu’il faut pour compenser le préjudice. Mais c’est l’idéal et en cadeau comme en punition, l’idéal est très difficile à trouver.

Il y a aussi les cadeaux « passe partout », les coffrets cadeaux qu’on offre en vrac aux gens. On sait que ça va plaire et ça n’exige pas des heures de réflexion et de recherche. Je crois que nous allons nous orienter vers une punition de ce genre-là. Privation de télé pendant un jour ou deux. C’est une punition bateau, fourre-tout mais qui fonctionne toujours.

Enfin, Tristan, si tu lis ces lignes du haut du futur, je ne sais pas si tu te rappelles de cet évènement, probablement pas. Il est même certain que tu te souviennes de bêtises plus grosses et de punitions plus sévères, pour toi c’est le passé, pour moi c’est de l’hypothétique futur, mais sache que tout commence ici, ce soir pour moi.  Toutes les punitions que tu as subies trouvent leur source ce soir.

Que ça te serve de leçon.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mumu 29/11/2012 09:15


Tristan a bien compris...QUE PROUT CROTTE CROTTE, c'était pas le top!!!


Je confirme que ce n'est pas facile de contenir un éclat de rire devant l' attitude pittoresque de 3 loulous en délire...qui se trémoussent les fesses en faisant crotte crotte prout
prout!!!!


Mais là, il fallait réagir!!!!


Tristan m'a confié à plusieurs reprises en apparté "qu'il serait sage"et et ne ferait plus de bêtise...SEULEMENT IL FAUT AUSSI EN FAIRE POUR POUVOIR APPRENDRE, GRANDIR ET COMPRENDRE.


Voilà notre dure contribution à l'éducation...


BISOU de maîitresse Mumu

Présentation

  • : Le blog de Tristan
  • Le blog de Tristan
  • : Né le 26/08/2009 à 11h25
  • Contact

Bonjour et bienvenu

Tristan, c'est mon fils, il est né le 26 aout 2009. Il a une soeur, Louise, née en avril 2006

Petites chroniques  de la vie de papa.

je vous souhaite bonne lecture.

Si ce blog vous plait, vous pouvez vous tenir au courant des nouveaux articles en inscrivant votre mail dans la case "Newsletter"

Recherche

Mails

Pour joindre Georges : g.boffi@free.fr

Articles Récents

  • Monologue du Génie
    La vie de génie dans une bouteille est plutôt tranquille. Évidemment, il ne faut pas avoir besoin d’une vie sociale exaltante. Pas question de soirées entre amis ni de folles virées à travers la ville, passant de bars en boites de nuits. Contrairement...
  • Dans mes bras
    Tu ne te souviens pas du nombre de fois où je t’ai pris dans mes bras. Du jour de ta naissance à peine libéré de ton cordon à tes cauchemars qui me font me lever au milieu de la nuit. Des soirées à chercher ton sommeil de bébé aux câlins qui nous font...
  • Et gronde l'océan du monde
    Quand je te regarde mon amour, petite fille blonde aux yeux clairs, quand je te regarde, je vois un bébé face à l’océan. Les vagues gigantesques du monde qui vient, pleines du bruit et de la fureur d’une humanité malade. Ces rouleaux qui broient même...
  • Juste écrire
    C’est drô le comme il suffit d’un rien parfois. Juste une phrase lu sur le net ou dans un livre, un déclic et tu te dis que tu as envie d’écrire. Écrire c’est difficile mine de rien, c’est épuisant, vidant. C’est quelques fois comme si on s’écorchait...
  • A pleines dents
    Tristan a mordu un camarade l’école. Alors, que les choses soient claires, je ne lui en veux pas fondamentalement pour ça. D’accord, ce n’est pas sympa, cela ne se fait pas de mordre les autres, il faut le disputer pour le principe, le punir si nécessaire...
  • Les dinosaures ont disparus
    C’est le cycle de la vie, les dinosaures s’éteignent. Louise les délaisse petit à petit, au point qu’ils ont quasiment disparu de ses jeux et de ses lectures. Ils sont remplacés par les licornes et les chevaux. Après en avoir discuté avec d’autres parents,...
  • Les seconds seront...les seconds.
    Pas facile d'être le second. J’ai toujours eu l’impression de comprendre Louise, j’ai commis des erreurs, trop stimulé son petit cerveau je crois, mais on veut toujours faire bien pour le premier enfant. Et puis, le premier enfant et toujours le centre...
  • Qu'il était beau mon moyen-âge
    C’est bien d’être entre mecs. Enfin bon, on ne passe pas notre temps à parler foot et politique comme le font la plupart des mecs. Tristan n’en est heureusement pas encore à ce moment de sa vie. Non, il parle plutôt de jeux, de dessins animés, de chocolat...
  • Seul avec Papa
    Les filles sont parties. Hé oui, cette semaine, Carole et Louise sont en classe découverte. Cinq jours loin de la maison. Me voilà donc tout seul avec mon fils. Je ne suis pas sûr que Carole se rende compte à quel point c'est dangereux d'avoir fait ça....
  • Tristan, il faut qu'on cause.
    Bon, nous y voilà. Je vous avais expliqué les déboires de Tristan avec l’autorité scolaire qu’est sa maitresse en titre. Bon, je ne peux pas juger, n’étant pas présent, si c’est la maitresse qui déteste mon fils ou si c’est mon fils qui a, par moments...