Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 19:04

DSCF0328C’est dingue comme mes enfants sont différents. 

Le plus surprenant c’est que je n’arrive pas vraiment à prévoir leurs réactions.

Ils ont une nature très différente, parfois opposé. Mais c’est plus compliqué que cela en fait. A leur caractère, il faut ajouter l’influence de l’autre. Tristan est tout à fait capable d’agir à l’inverse de son tempérament juste pour copier Louise. 

Fondamentalement Tristan est plus filou que Louise. Elle est plus cash. Même si elle est l’ainé, son frère est plus malin. On sent Louise venir à des kilomètres alors que Tristan la joue plus en finesse, plus au charme. Il sait se servir de son sourire, c’est son arme préférée et une des plus redoutables, il sait très bien qu’il est irrésistible quand il sourit et même nous qui connaissons le truc succombons une fois sur deux. Il me fait penser parfois à Jack Nicholson (version Shining… Ça fait peur). 

Louise n’a pas peur d’aller au clash, quitte à faire un caprice et à nous pousser à bout, c’est sa spécialité même si elle a tendance à  se calmer de ce côté-là. Les caprices de Tristan se comptent sur les doigts d’une main. Mais Louise a transmis sa peur des araignées et des insectes en général, à Tristan. 

Mais ils sont très différents. 

N’empêche que moi, naïf que je suis, je pensais que la première rentrée de mon fils se passerait au moins aussi bien que celle de ma fille. Sachant que Louise m’avait à peine fait un bisou avant de courir dans la classe jouer avec les autres enfants et accessoirement les saouler de paroles, je m’attendais à ce que son frère fasse pareil et me délaisse pour l’établis en plastique et ses outils usés en moins de temps qu’il ne faut pour dire « bisou mon chéri, à tout à l’heure ». 

Comprenez bien, pour moi Tristan est plus indépendant que sa sœur. Il est capable de jouer tout seul pendant un long moment, ce que Louise n’a jamais pu faire. Il est capable de ne rien me demander pendant au moins dix minutes, ce qui est énorme au regard de ce que Louise faisait et fait encore d’ailleurs. Donc pour moi, la rentrée était écrite à l’avance. Surtout que monsieur avait déjà passé une journée à l’école lors de sa pré-rentrée et que cela lui avait beaucoup plut. 

Mais voilà, rien ne se passe jamais comme prévu et c’est ce qui est drôle dans la vie. 

Je suis donc arrivé, le jour de la rentrée, à l’école, avec Tristan sous le bras, remplis de la fierté paternel que je suis en droit de ressentir au vu des qualités exceptionnelles dont fait preuve mon fils et qui, j’en étais certain, allaient épatées et laisser bouche bée ses petits camarades qui mesureraient en le voyant l’étendue de leur ignorance et le fossé qui les séparaient de mon fils. 

Mais voilà, au moment du bisou et du « à tout à l’heure, mon chéri », Tristan lève les yeux vers moi et me dit avec son petit regard qui ferait que n’importe quel huissier vous rendrait les meubles avec, en plus, un ou deux à lui : « Papa, reste avec moi, t’en va pas »… 

Vous feriez quoi vous à ma place ? Oui, ben moi j’ai un cœur, alors je suis resté un petit coup… Bon ok, un gros coup… Une heure pour être exact… J’ai squatté la classe, fais des clippos et de la pâte à modeler, écouter les histoires et tenté de me faire tout petit. 

Quand j’ai senti que Tristan se sentais bien, je suis parti. 

Evidemment, le soir j’ai eu droit aux remarques de ma maitresse de compagne : « tu sais, on aime pas trop que les parents restent. On a l’habitude. Tu aurais dû partir tout de suite, il aurait pleuré un peu et puis il serait passé à autre chose… ».  Non mais ho ! Pour qui me prenez-vous ? Je suis quelqu’un de sensible moi. Il est hors de question que je laisse mon enfant comme ça, en larmes, et que je fuis. La maitresse gère, la maitresse gère, qu’est-ce que j’en savais moi ? C’est à peine si Louise me disait au revoir quand je la déposais en maternelle. Je ne voulais pas laisser mon garçon tout seul avec tous ses gens qu’il ne connaissait pas, tous ses enfants bizarres qui le regardaient de travers… Et puis j’ai fait un super avion en clippo….  

Enfin bref. Les deux jours suivants furent un peu compliqués aussi au moment de poser Tristan à l’école, mais mes horaires de travail ont fait que c’est Carole qui l’a emmené. Elle peut toujours me faire croire qu’elle sait mieux faire que moi, qu’elle n’a pas hésité à le laisser, pleurant dans les bras de sa maitresse sachant que quelques minutes plus tard il serait tout heureux de retrouver la perceuse en plastique et de faire des faux trous dans du faux bois, moi je connais la vérité. En fait, c’est plus facile pour elle, sa classe c’est la porte à côté de la classe de maternelle. Tu parles d’un éloignement. Et comme elle est la directrice, elle peut venir voir les petits quand elle veut sous un prétexte ou un autre. En plus, il y a la récréation qui lui permet d’aller en douce faire des câlins à son fils. Et moi je n’aurais pas le droit de rester un peu avec Tristan dans sa classe pour faire des avions en clippo ? 

Vous voyez, dès la maternelle la vie est injuste… Surtout pour les papas.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cathou 01/10/2012 17:52


Ah l'école, l'indépendance... paraît que c'est très important que l'enfant soit obligé de se séparer de ses parents à ce moment là. Vu que Carole est à côté, ils auront peut-être plus de mal au
collège!



Moi mes parents m'ont raconté qu'en entrant au CP, je voulais en même temps acheter ma propre maison, déménager, et ouvrir une librairie au rez-de-chaussée (avec que des livres écrits et
illustrés par moi)! Beau rêve d'indépendance :p

C. 30/09/2012 20:46



Présentation

  • : Le blog de Tristan
  • Le blog de Tristan
  • : Né le 26/08/2009 à 11h25
  • Contact

Bonjour et bienvenu

Tristan, c'est mon fils, il est né le 26 aout 2009. Il a une soeur, Louise, née en avril 2006

Petites chroniques  de la vie de papa.

je vous souhaite bonne lecture.

Si ce blog vous plait, vous pouvez vous tenir au courant des nouveaux articles en inscrivant votre mail dans la case "Newsletter"

Recherche

Mails

Pour joindre Georges : g.boffi@free.fr

Articles Récents

  • Monologue du Génie
    La vie de génie dans une bouteille est plutôt tranquille. Évidemment, il ne faut pas avoir besoin d’une vie sociale exaltante. Pas question de soirées entre amis ni de folles virées à travers la ville, passant de bars en boites de nuits. Contrairement...
  • Dans mes bras
    Tu ne te souviens pas du nombre de fois où je t’ai pris dans mes bras. Du jour de ta naissance à peine libéré de ton cordon à tes cauchemars qui me font me lever au milieu de la nuit. Des soirées à chercher ton sommeil de bébé aux câlins qui nous font...
  • Et gronde l'océan du monde
    Quand je te regarde mon amour, petite fille blonde aux yeux clairs, quand je te regarde, je vois un bébé face à l’océan. Les vagues gigantesques du monde qui vient, pleines du bruit et de la fureur d’une humanité malade. Ces rouleaux qui broient même...
  • Juste écrire
    C’est drô le comme il suffit d’un rien parfois. Juste une phrase lu sur le net ou dans un livre, un déclic et tu te dis que tu as envie d’écrire. Écrire c’est difficile mine de rien, c’est épuisant, vidant. C’est quelques fois comme si on s’écorchait...
  • A pleines dents
    Tristan a mordu un camarade l’école. Alors, que les choses soient claires, je ne lui en veux pas fondamentalement pour ça. D’accord, ce n’est pas sympa, cela ne se fait pas de mordre les autres, il faut le disputer pour le principe, le punir si nécessaire...
  • Les dinosaures ont disparus
    C’est le cycle de la vie, les dinosaures s’éteignent. Louise les délaisse petit à petit, au point qu’ils ont quasiment disparu de ses jeux et de ses lectures. Ils sont remplacés par les licornes et les chevaux. Après en avoir discuté avec d’autres parents,...
  • Les seconds seront...les seconds.
    Pas facile d'être le second. J’ai toujours eu l’impression de comprendre Louise, j’ai commis des erreurs, trop stimulé son petit cerveau je crois, mais on veut toujours faire bien pour le premier enfant. Et puis, le premier enfant et toujours le centre...
  • Qu'il était beau mon moyen-âge
    C’est bien d’être entre mecs. Enfin bon, on ne passe pas notre temps à parler foot et politique comme le font la plupart des mecs. Tristan n’en est heureusement pas encore à ce moment de sa vie. Non, il parle plutôt de jeux, de dessins animés, de chocolat...
  • Seul avec Papa
    Les filles sont parties. Hé oui, cette semaine, Carole et Louise sont en classe découverte. Cinq jours loin de la maison. Me voilà donc tout seul avec mon fils. Je ne suis pas sûr que Carole se rende compte à quel point c'est dangereux d'avoir fait ça....
  • Tristan, il faut qu'on cause.
    Bon, nous y voilà. Je vous avais expliqué les déboires de Tristan avec l’autorité scolaire qu’est sa maitresse en titre. Bon, je ne peux pas juger, n’étant pas présent, si c’est la maitresse qui déteste mon fils ou si c’est mon fils qui a, par moments...