Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 06:41

P1160259

Ah !! L'instinct maternel.

Hier soir, Carole se couche et soudain se rappelle qu'elle n'est pas allée voir Tristan. Elle m'explique que Tristan doit être en travers dans son lit, avec la gigoteuse au large et peut-être même le pyjama défait. En bon gars que je suis, je me relève et je vais voir le bestiau. Effectivement, il était dans le sens inverse du couchage, la gigoteuse loin et une jambe sortie du pyjama.  De retour dans le lit conjugal, Carole me dit avec une certaine fierté : "tu vois, c'est ça l'instinct maternel !".

Alors, là, il faut quand même mettre les choses au point. L'instinct maternel, dont on nous rabat les oreilles dans les magasines ou dans les repas entre parents où chacun essaie de faire croire aux autres que leur rejeton est le meilleur, le plus gentil et le plus adorable des enfants, tout en retenant le sanglot de désespoir et le début de dépression nerveuse dû à la vie infernale que lui fait subir son cher petit, est une invention des hommes.

Il fallait bien trouver une excuse à l'époque pour que la mère reste à la maison avec les enfants, plutôt que d'aller avec les hommes à la chasse au mammouth. Vous devez comprendre que la chasse au mammouth était un moment sacré pour les hommes et qu'il était hors de question de le gâcher en y emmenant sa femme. Elles l'ont bien compris, c'est d'ailleurs pour ça, qu'exédées par l'absence permanente de leur mari, elle décidèrent d'exterminer une bonne fois pour toute les grosses bêtes laineuses pour qu'enfin leur homme rentre à l'heure pour le repas. Heureusement, l'imagination du mâle est presque aussi puissante que son envie de fuir le domicile conjugual dès le réveil des enfants et il trouva d'autres solutions comme la chasse aux dragons, la cueillette des champignons, le coup de main à donner à un pote pour rentrer son bois et autres excuses fumeuses qui marchent encore de nos jours.

Pour en revenir à notre sujet ; au nom de quoi les mères auraient un sens qui leur ferait deviner comment va leur enfant alors que les sens du père se limiteraient à sentir quand la couche est pleine ??

Parce que quand même, faut pas exagérer. Vous imaginez l'état de l'instinct maternel de maman Hitler ou de maman Gengis Khan. Au fond il ne faut pas l'oublier, ses deux personnages furent à un moment donné des nourrissons d'à peine cinquante centimètres qui têtaient et faisaient leur petit rôt comme tous les bébés du monde. Ils faisaient pipi dans leurs couches, en tissus pour l'un et en paille pour l'autre. Oui, pendant une periode assez courte , les mongoles ont utilisés des couches en paille. Mais, ils ont abandonnés assez vite du fait des irritations que cela provoquait, surtout quand le bébé faisait du poney. Certains historiens pensent d'ailleurs que Gengis doit son caractère irritable à l'usage intensif de couches en paille qui aurait laissé des traces indélébiles sur son fessier de guerrier fier et impitoyable. Les mêmes historiens ne voient par contre aucun rapport entre les couches en tissus et le destin de l'autre. Et je ne vous parle même pas de l'instinct maternel de maman Jack l'éventreur, de maman Dracula ou de maman Patrick Fiori.

Pour en revenir à l'instinct de la mère de mes enfants, il est assez simple pour elle, vu qu'elle va le voir tous les soirs, de deviner qu'il est en vrac dans son lit étant donné qu'il l'est à chaque fois. Alors me faire passé pour de l'instinct ce que tout le monde pourrait constater en allant dans la chambre de Tristan pendant son sommeil, c'est un peu exagéré. Surtout que je ne me laisse pas avoir aussi facilement moi.

Mais je ne me fais pas de soucis, l'instinct paternel existe aussi. Il se met en route plus tard. Quand Louise commencera à revenir avec des petits crétins à la maison, c'est là que mon instinct se mettra en route et que je lui dirai que ce gugus boutonneux n'est pas pour elle ou que ce petit crétin qui se la pête ne mettra plus les pieds à la maison tant qu'il n'aura pas virer tous ses percings, ses tatouages, ses clous et que ses cheveux n'auront pas repris une couleur et une taille normale.

C'est ça l'instinct paternel, deviner le type qui sera parfait pour sa fille et la demoiselle qui rendra heureuse son fils et qui accessoirement a des parents riches, mais voilà les traditions disparaissent, comme les mamouths. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

andrea 29/03/2011 09:48



L'instinct M... ça pourrait être le prochain titre de l'album du fils chedid?



Jo 29/03/2011 12:57



Si il fait ça, je demande des royalties.



andrea 29/03/2011 09:47



t'abandonner?  comme le petit poucet ou hans et gretel? je connais mes classiques, je sais que ça sert a rien du tout! ^^



Jo 29/03/2011 12:57



Humm ! Tu sarais bien capable d'essayé de le faire en plus !! oÔ



andrea 28/03/2011 22:21



dis donc t'attends un commentaires pour faire un autre article?? ^^


 


bon ben: COMMENTAIRE!!



Jo 28/03/2011 22:57



Ah ! Quand même, non mais je croyais que tu m'avais abandonné. Bon ok, demain après midi j'en poste un autre.



Présentation

  • : Le blog de Tristan
  • Le blog de Tristan
  • : Né le 26/08/2009 à 11h25
  • Contact

Bonjour et bienvenu

Tristan, c'est mon fils, il est né le 26 aout 2009. Il a une soeur, Louise, née en avril 2006

Petites chroniques  de la vie de papa.

je vous souhaite bonne lecture.

Si ce blog vous plait, vous pouvez vous tenir au courant des nouveaux articles en inscrivant votre mail dans la case "Newsletter"

Recherche

Mails

Pour joindre Georges : g.boffi@free.fr

Articles Récents

  • Monologue du Génie
    La vie de génie dans une bouteille est plutôt tranquille. Évidemment, il ne faut pas avoir besoin d’une vie sociale exaltante. Pas question de soirées entre amis ni de folles virées à travers la ville, passant de bars en boites de nuits. Contrairement...
  • Dans mes bras
    Tu ne te souviens pas du nombre de fois où je t’ai pris dans mes bras. Du jour de ta naissance à peine libéré de ton cordon à tes cauchemars qui me font me lever au milieu de la nuit. Des soirées à chercher ton sommeil de bébé aux câlins qui nous font...
  • Et gronde l'océan du monde
    Quand je te regarde mon amour, petite fille blonde aux yeux clairs, quand je te regarde, je vois un bébé face à l’océan. Les vagues gigantesques du monde qui vient, pleines du bruit et de la fureur d’une humanité malade. Ces rouleaux qui broient même...
  • Juste écrire
    C’est drô le comme il suffit d’un rien parfois. Juste une phrase lu sur le net ou dans un livre, un déclic et tu te dis que tu as envie d’écrire. Écrire c’est difficile mine de rien, c’est épuisant, vidant. C’est quelques fois comme si on s’écorchait...
  • A pleines dents
    Tristan a mordu un camarade l’école. Alors, que les choses soient claires, je ne lui en veux pas fondamentalement pour ça. D’accord, ce n’est pas sympa, cela ne se fait pas de mordre les autres, il faut le disputer pour le principe, le punir si nécessaire...
  • Les dinosaures ont disparus
    C’est le cycle de la vie, les dinosaures s’éteignent. Louise les délaisse petit à petit, au point qu’ils ont quasiment disparu de ses jeux et de ses lectures. Ils sont remplacés par les licornes et les chevaux. Après en avoir discuté avec d’autres parents,...
  • Les seconds seront...les seconds.
    Pas facile d'être le second. J’ai toujours eu l’impression de comprendre Louise, j’ai commis des erreurs, trop stimulé son petit cerveau je crois, mais on veut toujours faire bien pour le premier enfant. Et puis, le premier enfant et toujours le centre...
  • Qu'il était beau mon moyen-âge
    C’est bien d’être entre mecs. Enfin bon, on ne passe pas notre temps à parler foot et politique comme le font la plupart des mecs. Tristan n’en est heureusement pas encore à ce moment de sa vie. Non, il parle plutôt de jeux, de dessins animés, de chocolat...
  • Seul avec Papa
    Les filles sont parties. Hé oui, cette semaine, Carole et Louise sont en classe découverte. Cinq jours loin de la maison. Me voilà donc tout seul avec mon fils. Je ne suis pas sûr que Carole se rende compte à quel point c'est dangereux d'avoir fait ça....
  • Tristan, il faut qu'on cause.
    Bon, nous y voilà. Je vous avais expliqué les déboires de Tristan avec l’autorité scolaire qu’est sa maitresse en titre. Bon, je ne peux pas juger, n’étant pas présent, si c’est la maitresse qui déteste mon fils ou si c’est mon fils qui a, par moments...