Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 19:45

Pas facile d'être le second.Tristan(52)

J’ai toujours eu l’impression de comprendre Louise, j’ai commis des erreurs, trop stimulé son petit cerveau je crois, mais on veut toujours faire bien pour le premier enfant. Et puis, le premier enfant et toujours le centre de notre vie. Et comme j’ai passé beaucoup de temps avec Louise, je pense que je la cerne bien, que je la comprends même si elle m’agace prodigieusement par moment. Je lis parfois dans ses yeux des choses que j’ai au fond de moi. Et ce n’est pas forcement ce qui me rassure le plus.

Tristan est le second. Même si je m’en suis occupé autant que Louise, il n’était pas enfant unique. J’ai passé du temps avec lui les jours où je ne travaillais pas. J’ai joué avec lui, je lui ai parlé mais c’est différent. Tristan a souffert du fait qu'il ’y ai deux enfants à la maison. Les jours où nous étions tous les deux, je le laissais tranquille surtout parce que j’avais besoin de me reposer des moments où ils étaient ensemble. Et puis Louise est née et a vécu ses premières années en ville, dans un petit appartement. Il fallait, sortir pour aller au square, pour l’aérer aussi un peu. Cela n’aurai tenu qu’à moi, je ne serais jamais sorti de notre appartement, je suis plutôt du genre ours à rester à la maison sans voir personne. Mais voilà, je me suis rendu compte assez vite que ma fille avait besoin de sortir et que rester à la maison la rendait aussi grincheuse que moi quand j’étais obligé de sortir. Sauf qu’elle supportait mieux que je sois grincheux que moi qu’elle le soit, donc j’ai fini par céder et par prendre l’habitude de faire des promenades pour notre bien à tous les deux.

Pour mon fils c’est plus simple, j’ouvre la porte fenêtre et il va dans le jardin. Il n’a jamais profité des balades comme je le faisais avec sa sœur. Parfois ça me manque, parfois je me dis que je devrais sortir faire une promenade avec lui quand nous sommes seuls. Puis mon côté ours reprend le dessus et j’ouvre la porte-fenêtre.

J’ai parfois l’impression de moins connaitre mon fils que ma fille. Bon tout est relatif, je le connais suffisamment pour savoir quand il me raconte des cracks, quand il essaie de me mener en bateau ou de me manipuler. Mais j’ai l’impression de moins savoir ce qui se passe dans sa petite tête. Vous me direz : « c’est un mec, ce qui se passe dans son cerveau est forcément basique », et bien n’en soyez pas si sûr. Il lui arrive de me surprendre avec des questions ou des réflexions. Il joue avec des petites voitures, avec un bâton il fait une épée, il fabrique des avions et des bateaux en lego (généralement c’est la même construction qui ressemble exactement à ce que ne doit pas être un avion ou un bateau) et puis il va trier des Mm’s et me dire exactement combien il y en a par couleur. C’est un petit mec, qui s’il a décidé que deux et deux font six, n’en démordra pas, juste histoire de ne pas avoir à admettre qu’il a tort. Il est capable de réciter des passages entiers des dialogues de dessins animés.

La semaine dernière, tout seul avec lui, à été une bonne semaine. Fatigante parce qu’il est venu squatter mon lit toutes les nuits et qu’il bouge beaucoup. Mais j’ai pu faire des choses       avec lui, parlé, joué sans avoir le risque de voir débarquer Louise.

Je l’ai senti plus détendu pendant nos cinq jours ensemble. Sa mère lui a manqué même s’il ne m’a rien dit mais je le voyais la nuit touchant l’oreiller de sa maman pour voir si elle était là. Et surtout il était plus au calme, loin de la compétition perpétuel qu’ils ont mis en place avec sa sœur. Il a eu une semaine où je n’étais là que pour lui, où il pouvait jouer sans risquer d’être interrompu par Louise, où la question de savoir qui avait fait la bêtise ou qui a frappé l’autre le premier ne se posait pas.

Après, Tristan est le second, il n’a rien connu d’autre, il a toujours eu sa sœur pour se chamailler et pour jouer, c’est son monde.

Lorsque Louise avait son âge, il naissait. Elle passait du statut de fille unique celui de grande sœur, de tu as tout à il va falloir partager, de tout, tout de suite à « attends je m’occupe de ton frère ». Elle a dû s’adapter, savoir s’effacer derrière son frère. Tristan n’a connu que ça, faire des coudes pour un peu d’attention.  Il a trouvé des stratégies, il est devenu malin, drôle un rien manipulateur.  Im se pose aussi moins de questions que sa sœur, il a un meilleur sens pratique. Il va droit au but quand Louise se noie dans un verre d’eau.

Ce qui est amusant, c’est qu’ils sont complémentaires, tous les deux ensembles sont capables de se sortir de tout, mais aussi de faire n’importe quoi. Ca promet pour plus tard.

Je sens que je vais bien m’amuser.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Tristan
  • Le blog de Tristan
  • : Né le 26/08/2009 à 11h25
  • Contact

Bonjour et bienvenu

Tristan, c'est mon fils, il est né le 26 aout 2009. Il a une soeur, Louise, née en avril 2006

Petites chroniques  de la vie de papa.

je vous souhaite bonne lecture.

Si ce blog vous plait, vous pouvez vous tenir au courant des nouveaux articles en inscrivant votre mail dans la case "Newsletter"

Recherche

Mails

Pour joindre Georges : g.boffi@free.fr

Articles Récents

  • Monologue du Génie
    La vie de génie dans une bouteille est plutôt tranquille. Évidemment, il ne faut pas avoir besoin d’une vie sociale exaltante. Pas question de soirées entre amis ni de folles virées à travers la ville, passant de bars en boites de nuits. Contrairement...
  • Dans mes bras
    Tu ne te souviens pas du nombre de fois où je t’ai pris dans mes bras. Du jour de ta naissance à peine libéré de ton cordon à tes cauchemars qui me font me lever au milieu de la nuit. Des soirées à chercher ton sommeil de bébé aux câlins qui nous font...
  • Et gronde l'océan du monde
    Quand je te regarde mon amour, petite fille blonde aux yeux clairs, quand je te regarde, je vois un bébé face à l’océan. Les vagues gigantesques du monde qui vient, pleines du bruit et de la fureur d’une humanité malade. Ces rouleaux qui broient même...
  • Juste écrire
    C’est drô le comme il suffit d’un rien parfois. Juste une phrase lu sur le net ou dans un livre, un déclic et tu te dis que tu as envie d’écrire. Écrire c’est difficile mine de rien, c’est épuisant, vidant. C’est quelques fois comme si on s’écorchait...
  • A pleines dents
    Tristan a mordu un camarade l’école. Alors, que les choses soient claires, je ne lui en veux pas fondamentalement pour ça. D’accord, ce n’est pas sympa, cela ne se fait pas de mordre les autres, il faut le disputer pour le principe, le punir si nécessaire...
  • Les dinosaures ont disparus
    C’est le cycle de la vie, les dinosaures s’éteignent. Louise les délaisse petit à petit, au point qu’ils ont quasiment disparu de ses jeux et de ses lectures. Ils sont remplacés par les licornes et les chevaux. Après en avoir discuté avec d’autres parents,...
  • Les seconds seront...les seconds.
    Pas facile d'être le second. J’ai toujours eu l’impression de comprendre Louise, j’ai commis des erreurs, trop stimulé son petit cerveau je crois, mais on veut toujours faire bien pour le premier enfant. Et puis, le premier enfant et toujours le centre...
  • Qu'il était beau mon moyen-âge
    C’est bien d’être entre mecs. Enfin bon, on ne passe pas notre temps à parler foot et politique comme le font la plupart des mecs. Tristan n’en est heureusement pas encore à ce moment de sa vie. Non, il parle plutôt de jeux, de dessins animés, de chocolat...
  • Seul avec Papa
    Les filles sont parties. Hé oui, cette semaine, Carole et Louise sont en classe découverte. Cinq jours loin de la maison. Me voilà donc tout seul avec mon fils. Je ne suis pas sûr que Carole se rende compte à quel point c'est dangereux d'avoir fait ça....
  • Tristan, il faut qu'on cause.
    Bon, nous y voilà. Je vous avais expliqué les déboires de Tristan avec l’autorité scolaire qu’est sa maitresse en titre. Bon, je ne peux pas juger, n’étant pas présent, si c’est la maitresse qui déteste mon fils ou si c’est mon fils qui a, par moments...