Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 16:59

P1140910

Aujourd'hui c'est la journée des grand-parents.

Les parents de Carole passent la journée à la maison. Moi, j'ai travaillé ce matin et Carole devait rencontrer des parents d'élèves. Régulièrement elle recontre les géniteurs des enfants qu'elle cherche à éduquer. Ca permet de savoir si l'enfant à réellement des problèmes psychologiques ou s'il ne fait qu'imiter son papa. Rencontrer tous les parents est toujours une aventure. Il y en a qui se sentent tellement concernés qu'ils cherchent tous les moyens pour échapper au rendez-vous. Pourtant, elle n'est pas exigente Carole, elle peut venir plus tôt le matin, prendre sur sa pause déjeuner ou même rester plus tard le soir. L'important est de rencontrer les parents pour faire le point sur la scolarité de leur rejeton sociopathe. Il y en quand même qui ne peuvent venir que le samedi matin. Si c'était leur banquier qui voulait les voir, je suis sûr qu'ils trouveraient du temps, mais pas pour les enfants.

Et puis faut compter aussi sur ceux qui posent un lapin, ou qui appellent au dernier moment pour annuler. c'est fou que des gens se sentent si peu concernés par la scolarité leur petits monstres.

Vous pensez que c'est facile pour moi, que j'ai la chance de vivre avec la directrice de l'école et que par conséquent toutes les informations sur la scolarité de ma fille me sont transmises en direct le soir même. Et bien détrompez-vous. Carole a une règle : " si tu ne t'investis pas dans la scolarité de ta fille, je te pète les rotules". Vu comme ça, vous comprendrez que je me dois de respecter au moins cette règle là. Et donc, je m'efforce de lire le cahier de liaison de Louise, d'aller aux réunions avec sa maitresse. Bon, pour l'instant, il n'y en a eu qu'une, mais la scolarité étant obligatoire jusqu'à seize ans, il y en a encore d'autres en attente. Je dois avouer que si elle ne me poussait pas, je ne sais pas ce que je ferais. Je parle de temps en temps avec la maitresse de Louise quand je l'emmène à l'école, mais c'est toujours en coup de vent. Elle me dit lorsqu'il y a des soucis, si elle a du punir Louise ou si elle l'a disputé, mais c'est toujours succinct. Il y a aussi le spectacle de l'école où on voit le travail fait pour tenter de chanter juste, souvent en vain.

Il faut comprendre que les maîtresses ont besoin de nous voir, de faire le point. Souvent, on ne s'aperçoit pas des progrès de nos enfants quand ils sont petits. On voit facilement quand ils commencent à lire, on se rend compte quand ils maitrisent les additions ou les équations differentielles holomorphes. Mais en maternelle c'est beaucoup plus flou. Les progrès sont plus subtils bien qu'aussi importants.

Et me voici encore une fois obligé de jouer le père parfait, interressé par les progrès de sa fille en classe. Pourtant j'ai fait l'essentiel, je lui ai fourni mon matériel génétique avec dedans un esprit fin , subtil et d'une rare intelligence. Cela devrait suffir pour qu'on ne m'embête plus avec tout ce qui sépare sa maternelle de son prix nobel. Et non, les maîtresses se moquent que vous ayez donné à votre enfant un cerveau supérieur, elles veulent quand même vous parler, ne serait-ce que pour vous dire qu'elle se débrouille bien à l'école. Je suis sûr que la maitresse d'Einstein convoquait aussi ses parents pour leur dire que le petit Albert était plutôt bon élève et qu'il apprenait vite. Justement si on leur donne un tel esprit c'est pour qu'on nous laisse tranquille jusqu'à Stockholm.

Enfin du moment que je ne dois pas chanter au spectacle de l'école.

Bref, les parents de Carole ont passé la journée à la maison. Les enfants étaient contents. Tristan est allé se balader avec son Papou, ils sont allés voir le tracteur et la pelleteuse qui creuse près de chez nous. Tristan aime bien aller observer les engins de chantier quand il a fini de passer le balai, ça le détend. Et pendant ce temps Mamie racommode les robes de princesses déchirées et raconte des histoires à une Louise qui l'écoute sagement, comme elle écoute sa maîtresse à l'école.

Ce qui me fait pensé qu'il ne faudra pas que j'oublie de lui demander si elle a déja dit à ses élèves de rester sage pendant qu'elle allait faire caca. Il faut que le mystère soit levé.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cathou 23/01/2011 10:19



Einstein, comme tous les grands génies, était pas scolaire du tout! C'est pour ça qu'il dit : "imagination is more important than knowledge" ;)



Jo 23/01/2011 10:36



Eh oui Albert était effectivement un peu un cancre à l'école. Mais est-ce la faute d'Albert qui n'a pas compris l'école, de l'école qui n'a pas compris Albert ou des deux ?



Présentation

  • : Le blog de Tristan
  • Le blog de Tristan
  • : Né le 26/08/2009 à 11h25
  • Contact

Bonjour et bienvenu

Tristan, c'est mon fils, il est né le 26 aout 2009. Il a une soeur, Louise, née en avril 2006

Petites chroniques  de la vie de papa.

je vous souhaite bonne lecture.

Si ce blog vous plait, vous pouvez vous tenir au courant des nouveaux articles en inscrivant votre mail dans la case "Newsletter"

Recherche

Mails

Pour joindre Georges : g.boffi@free.fr

Articles Récents

  • Monologue du Génie
    La vie de génie dans une bouteille est plutôt tranquille. Évidemment, il ne faut pas avoir besoin d’une vie sociale exaltante. Pas question de soirées entre amis ni de folles virées à travers la ville, passant de bars en boites de nuits. Contrairement...
  • Dans mes bras
    Tu ne te souviens pas du nombre de fois où je t’ai pris dans mes bras. Du jour de ta naissance à peine libéré de ton cordon à tes cauchemars qui me font me lever au milieu de la nuit. Des soirées à chercher ton sommeil de bébé aux câlins qui nous font...
  • Et gronde l'océan du monde
    Quand je te regarde mon amour, petite fille blonde aux yeux clairs, quand je te regarde, je vois un bébé face à l’océan. Les vagues gigantesques du monde qui vient, pleines du bruit et de la fureur d’une humanité malade. Ces rouleaux qui broient même...
  • Juste écrire
    C’est drô le comme il suffit d’un rien parfois. Juste une phrase lu sur le net ou dans un livre, un déclic et tu te dis que tu as envie d’écrire. Écrire c’est difficile mine de rien, c’est épuisant, vidant. C’est quelques fois comme si on s’écorchait...
  • A pleines dents
    Tristan a mordu un camarade l’école. Alors, que les choses soient claires, je ne lui en veux pas fondamentalement pour ça. D’accord, ce n’est pas sympa, cela ne se fait pas de mordre les autres, il faut le disputer pour le principe, le punir si nécessaire...
  • Les dinosaures ont disparus
    C’est le cycle de la vie, les dinosaures s’éteignent. Louise les délaisse petit à petit, au point qu’ils ont quasiment disparu de ses jeux et de ses lectures. Ils sont remplacés par les licornes et les chevaux. Après en avoir discuté avec d’autres parents,...
  • Les seconds seront...les seconds.
    Pas facile d'être le second. J’ai toujours eu l’impression de comprendre Louise, j’ai commis des erreurs, trop stimulé son petit cerveau je crois, mais on veut toujours faire bien pour le premier enfant. Et puis, le premier enfant et toujours le centre...
  • Qu'il était beau mon moyen-âge
    C’est bien d’être entre mecs. Enfin bon, on ne passe pas notre temps à parler foot et politique comme le font la plupart des mecs. Tristan n’en est heureusement pas encore à ce moment de sa vie. Non, il parle plutôt de jeux, de dessins animés, de chocolat...
  • Seul avec Papa
    Les filles sont parties. Hé oui, cette semaine, Carole et Louise sont en classe découverte. Cinq jours loin de la maison. Me voilà donc tout seul avec mon fils. Je ne suis pas sûr que Carole se rende compte à quel point c'est dangereux d'avoir fait ça....
  • Tristan, il faut qu'on cause.
    Bon, nous y voilà. Je vous avais expliqué les déboires de Tristan avec l’autorité scolaire qu’est sa maitresse en titre. Bon, je ne peux pas juger, n’étant pas présent, si c’est la maitresse qui déteste mon fils ou si c’est mon fils qui a, par moments...