Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 10:34

J'aime bien le matin.

Un peu par obligation. Je dois aller travailler de temps en temps. Et quand je ne travaille pas, il y a les enfants.

Mon matin préféré, c'est un matin d'été, quanP1140626d il fait encore frais, que le jardin est recouvert d'une légère rosée. Un petit café sur la terrasse tout seul, c'est le rêve. J'admets Louise dans ce matin idéal, une Louise calme, bien réveillée, de bonne humeur, buvant son cacao en me racontant des histoires de princesses et de dragons qui se font éclater la tronche par les Gormiti.

Ce matin parfait, j'en ai quelques un dans l'année, plus ou moins réussi. Mais, la plupart du temps, les choses ne se passent pas comme ça. Tout d'abord parce que les petits matins d'été, il y en a moins que des moches matins de tout le temps. En plus, Une Louise bien réveillée, bien reposée c'est pas ce qu'il y a de plus répandu.

Un matin habituel est plutôt du genre agité. On court après le temps, Faut que Louise prenne son petit déjeuner, s'habille et se prépare pour l'école. Sans compter sur Tristan qu'il faut nourrir aussi et accessoirement surveillé pour qu'il ne mange pas en plus de ses céréales, les croquettes du chat.

Ces matins là, Louise sait y faire pour nous mettre en boule, elle sait que le temps est compté. En plus, Carole étant, mine de rien, directrice d'école, elle se doit d'être en avance sur les parents et sur ces élèves. Et Louise joue la montre, elle prend son temps, mets une demi heure à s'habiller au lieu des dix minutes qui séparent le "tu t'habilles Louise" du "allez dépêches toi, on est en retard", qui en général précède le "bon, ben Tristan et moi, on est prêts, on y va, tu restes là toute seule !!!", ce qui fini par donner des résultats. Après, il faut varier. Le même scénario tous les matins risque de devenir un rituel. Et là ça complique les choses.

Le plus énnervant, ce n'est pas d'être en retard. On calcule, Carole et moi, une marge d'erreur suffisante pour que la perte de temps ne devienne pas problématique. Ce qui fâche, c'est l'attitude de Louise. C'est un des rares moment (avec le soir au moment du repas) où elle est réellement frondeuse, où elle prend délibérément son temps sachant pertinemment que cela risque de finir en colère et en larmes. Elle traine, elle s'habille par à-coups, elle court à poil dans la maison pour trouver son doudou, puis cinq minutes plus tard en culotte pour aller aux toilettes, encore cinq minutes pour la voir jouer avec son frère en sweet et chaussettes. Bref, pendant ce temps là, nous on a bu notre café, on s'est lavé, habillé, on a habillé Tristan, préparer ses affaires pour chez la nounou. Reste plus qu'a mettre notre manteau et on est prêt. Et là Louise arrive, les cuisses à l'air, en disant un truc du genre :

"Je trouve pas mon jeans ! "

"Heu, il était avec ton sweet, ta culotte et tes chaussettes tout à l'heure, je t'ai tout donné ensemble !!"

"Oui, mais je sais plus où il est"

"Il est là ! Sur le canapé, devant toi !"

"Où (tête qui tourne dans tous les sens en évitant soigneusement l'endroit que montre mon doigt, à savoir le jeans sur le canapé) ? Je le vois paaaasss !! (gros froncement de sourcils du papa...) Ah ! oui, il est là". 

Le pire étant les matins où elle sort :

"Papaaaa, je veux pas mettre mon jeans, je veux mettre une robe"

"Louise, il fait moins dix dehors, ce n'est pas un temps à mettre une robe"

"Mais moi je veux mettre une roooobeeeuuuuu!".

Dans ces cas là, on sait que Louise a décidée de nous pousser à bout. L'histoire de la robe n'est qu'une excuse. Si on cède et qu'on lui trouve une robe chaude d'hiver, elle va nous faire un scandale parce qu'elle veut la petite robe rose d'été...Si on cède, et qu'on rajoute une couche de vêtements par dessous pour pas qu'elle ait froid, elle va se plaindre parce qu'elle voulait mettre un jeans en fait. Dans ces moments là, on sait qu'on n'évitera pas le conflit, c'est ce qu'elle cherche. Alors on va au conflit, elle finit frustrée, en larmes, des fois punis, mais elle a eut ce qu'elle cherchait : une limite. C'est super bizarre la psychologie d'un enfant.

Donc, quand j'emmène Louise à l'école le matin, je suis systématiquement énervé quand on part. Et je vous passe le fait qu'elle prend son temps pour aller de la maison à la voiture et de la voiture à l'école. c'est bien simple, ses trajets là, se sont quasiment les seules où elle ne court pas et où elle s'arrête pour regarder d'improbables insectes qui seraient dehors un matin d'hiver par une température négative.

J'aime bien le matin. Mais les matins de mercredi, les matins de week-end ou de vacances. Petit, je n'aimais pas les matins d'école, fallait toujours se presser. Maintenant, à quarante ans, je n'aime plus les matins d'école. Faut toujours se presser mais en plus, faut toujours se fâcher.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Tristan
  • Le blog de Tristan
  • : Né le 26/08/2009 à 11h25
  • Contact

Bonjour et bienvenu

Tristan, c'est mon fils, il est né le 26 aout 2009. Il a une soeur, Louise, née en avril 2006

Petites chroniques  de la vie de papa.

je vous souhaite bonne lecture.

Si ce blog vous plait, vous pouvez vous tenir au courant des nouveaux articles en inscrivant votre mail dans la case "Newsletter"

Recherche

Mails

Pour joindre Georges : g.boffi@free.fr

Articles Récents

  • Monologue du Génie
    La vie de génie dans une bouteille est plutôt tranquille. Évidemment, il ne faut pas avoir besoin d’une vie sociale exaltante. Pas question de soirées entre amis ni de folles virées à travers la ville, passant de bars en boites de nuits. Contrairement...
  • Dans mes bras
    Tu ne te souviens pas du nombre de fois où je t’ai pris dans mes bras. Du jour de ta naissance à peine libéré de ton cordon à tes cauchemars qui me font me lever au milieu de la nuit. Des soirées à chercher ton sommeil de bébé aux câlins qui nous font...
  • Et gronde l'océan du monde
    Quand je te regarde mon amour, petite fille blonde aux yeux clairs, quand je te regarde, je vois un bébé face à l’océan. Les vagues gigantesques du monde qui vient, pleines du bruit et de la fureur d’une humanité malade. Ces rouleaux qui broient même...
  • Juste écrire
    C’est drô le comme il suffit d’un rien parfois. Juste une phrase lu sur le net ou dans un livre, un déclic et tu te dis que tu as envie d’écrire. Écrire c’est difficile mine de rien, c’est épuisant, vidant. C’est quelques fois comme si on s’écorchait...
  • A pleines dents
    Tristan a mordu un camarade l’école. Alors, que les choses soient claires, je ne lui en veux pas fondamentalement pour ça. D’accord, ce n’est pas sympa, cela ne se fait pas de mordre les autres, il faut le disputer pour le principe, le punir si nécessaire...
  • Les dinosaures ont disparus
    C’est le cycle de la vie, les dinosaures s’éteignent. Louise les délaisse petit à petit, au point qu’ils ont quasiment disparu de ses jeux et de ses lectures. Ils sont remplacés par les licornes et les chevaux. Après en avoir discuté avec d’autres parents,...
  • Les seconds seront...les seconds.
    Pas facile d'être le second. J’ai toujours eu l’impression de comprendre Louise, j’ai commis des erreurs, trop stimulé son petit cerveau je crois, mais on veut toujours faire bien pour le premier enfant. Et puis, le premier enfant et toujours le centre...
  • Qu'il était beau mon moyen-âge
    C’est bien d’être entre mecs. Enfin bon, on ne passe pas notre temps à parler foot et politique comme le font la plupart des mecs. Tristan n’en est heureusement pas encore à ce moment de sa vie. Non, il parle plutôt de jeux, de dessins animés, de chocolat...
  • Seul avec Papa
    Les filles sont parties. Hé oui, cette semaine, Carole et Louise sont en classe découverte. Cinq jours loin de la maison. Me voilà donc tout seul avec mon fils. Je ne suis pas sûr que Carole se rende compte à quel point c'est dangereux d'avoir fait ça....
  • Tristan, il faut qu'on cause.
    Bon, nous y voilà. Je vous avais expliqué les déboires de Tristan avec l’autorité scolaire qu’est sa maitresse en titre. Bon, je ne peux pas juger, n’étant pas présent, si c’est la maitresse qui déteste mon fils ou si c’est mon fils qui a, par moments...