Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 17:13

Picture0011Aujourd'hui, baby sitting.

La maitresse de Louise est malade et la nounou a eu un gros empêchement qui fait qu'elle n'a pas pu garder Tristan. La dernière fois qu'il a fallu rester à la maison, c'est Carole qui s'y était collée et comme en plus, elle avait plein de gens à voir et des élèves à martyriser au nom de l'enseignement et du savoir, je suis resté à la maison avec mes enfants.

Autant des fois, cela me fait super plaisir de rester avec eux une journée, autant en ce moment, je m'en serais bien passé. Mais bon, comme le dit une de mes amie "c'est la vie", avec le ton joyeux de celle qu'on accompagne à la chaise électrique et qui sait que sa seule chance de survie est une coupure de courant dûe au non-paiement de la facture d'électricité.

Bon, après tout, les papas modernes doivent savoir affronter ce genre de situation. En fait, c'est pas tellement que les papas modernes restent à la maison, c'est que les femmes modernes travaillent. Eh oui ! Des années de lutte, de combat pour obtenir le droit à aller pointer, à l'indépendance. Je comprends maintenant, elle voulaient juste pouvoir se barrer loin des enfants de temps en temps.

Pendant des siècles elles ont souffert du devoir de mère. Etre à la maison, s'occuper des repas et des enfants, n'être qu'une machine à faire de bébés. Tout ça c'était acceptable tant que la mortalité infantile était élevée. Tant qu'un enfant sur deux mourrait avant d'avoir un an, ça laissait des périodes de calme entre deux naissances. Et puis avec les accidents, les maladies, au final, il n'y avait pas autant d'enfants que ça à s'occuper. Sachant qu'en plus dès trois ans, elles s'arrangeaient pour mettre les mômes dans les pattes de leur père pour aller aux champs ou servir d'appâts à la chasse à l'ours, la vie des mères coulaient des jours heureux au bord des lavoirs à essayer de comprendre ce que pouvait bien dire la Mère Denis avec son accent à la con.

Et puis de temps en temps, il y avait une épidémie ou une guerre qui leur permettait de changer de mari et de repartir à zéro. Tout ça sans compter que la médecine légale en était à ses balbutiements et qu'on pouvait facilement faire passer un type avec une fourche plantée dans le dos pour un suicide. Joyeuse époque où le divorce n'existait pas, où l'on vivait ensemble jusqu'à la mort, du mari le plus souvent et en général dans un accident de chasse au mamouth, animal vicieux qui n'hésitait pas à venir étouffer le chasseur dans son sommeil alcoolisé.

Mais voilà, le progrès était en marche et surtout les hommes commencèrent à se douter de quelque chose. Ils inventèrent donc la police pour enquêter  sur les suicides et les accidents de chasse, la médecine légale qui permit de prouver qu'une hache enfoncée dans la tête était rarement dûe à une maladresse. Et parallèlement, la médecine évolua, la mortalité infantile recula, les épidémies diminuèrent jusqu'à devenir anecdotique (et même si la dernière en date, il y a deux ans, fut un échec commercial, vous remarquerez qu'elle a été orchestrée par une femme). Là commença la période noire des mères au foyer. Le rythme des naissances faiblissait peu et les enfants survivaient de plus en plus souvent. Les pères prirent les choses en mains, ils mirent en place des techniques permettant d'éloigner le plus tôt possible les mômes du foyer surchargé. Ils inventèrent le tracteur ( ce qui permit de relancer le nombre d'accident mortel chez les enfants ), les scouts, le service militaire et les équipes de foot. Ils mirent en place un système de vente d'enfants pour soulager les familles nombreuses, mais l'offre étant toujours aussi élevée, ils élaborèrent le principe des voyages scolaires en bus avec un chauffeur ivre, astuce qui perdure de nos jours.

Mais le temps passant, les choses ne s'arrangèrent pas vraiment. Seul la baisse de la natalité sauva le pays d'une surpopulation critique. Les mères, lassées et fourbues commencèrent à vouloir autre chose que des couches sales et des seins qui tombent, elle s'organisèrent et voila comment débuta la libération de la femme. 

Pour le coup, ceux qui se sont fait avoir dans l'histoire, se sont les pères comme moi, obligés de rester à la maison pour changer les couches et moucher le bébé. au lieu d'aller au champs ou à la chasse au sanglier. Les mecs célibataires sont tout contents car ils peuvent croiser des femmes au boulot plutôt que d'aller les chercher directement chez leur père (ce qui pouvait s'avèrer risqué suivant le niveau d'équipement en armes à feu du père en question) et de verser une dote (ce qui correspond un peu à acheter une boite de conserve qui n'a pas d'étiquette, c'est la surprise à l'ouverture). Les pères de la vieille école s'en moquent puisque pour eux, qu'elle bosse ou pas, leur femme doit faire la cuisine, le ménage et s'occuper des trucs hurlants qui courent partout et qui sentent pas bon.

Me voilà donc dans la mauvaise catégorie, celle qui à la tombée de la nuit hésite entre aller coucher l'enfant et soupirer de soulagement ou aller abandonner l'enfant en forêt et soupirer de soulagement mais avec un petit remord au fond, qu'on écrase finalement comme une araignée.

Ce soir, je suis aller coucher Tristan, j'ai eu une conversation avec Louise sur les aigles géants et maintenant je me pose un peu. La journée a été agitée et fatiguante. Ils n'ont pas étés de tout repos, mais bon. On a eu aussi des moments sympas.

Allez, juste pour le fun : j'ai demandér à Tristan " il est où ton nez ?" en montant le mien et lui n'a rien trouvé de mieux que de mettre son index dans sa narine (juste pour rire, il a le nez qui coule !), et maintenant quand on lui demande où est son nez, il fourre carrement une phalange dans son pif en souriant fièrement.

Et comme je suis trop fatigué pour trouver une conclusion sympa, je vous dis juste à bientôt.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

andrea 06/02/2011 17:41



J'ai l'air si desespérée que ça quand je le dis? 


J'essaie de le dire moin souvent depuis que tu m'as dit que dans la vie on avait toujours le choix, que tout n'est qu'une question de choix. Et c'est vrai, c'est mieux de se dire qu'on est dans
la mouise parce qu'on l'a choisi que de subir! 


MORALITE: t'avais qu'a pas faire 2 gosses! nah! (et alex dirait qu'on avait qu'a pas en faire du tout!)


Bon, je plaisante. Faut vraiment que tu te reposes parce que tu commences a nous faire peur là!


gros gros bisous!



Jo 06/02/2011 20:51



Non, t'as pas l'air désespérée, juste résignée. : )


Mais bon, je me suis un peu reposé aujourd'hui. 


Et il y a intéret que je te fasse peur, c'est moi le plus gradé. ; )


Bisous.


 



Présentation

  • : Le blog de Tristan
  • Le blog de Tristan
  • : Né le 26/08/2009 à 11h25
  • Contact

Bonjour et bienvenu

Tristan, c'est mon fils, il est né le 26 aout 2009. Il a une soeur, Louise, née en avril 2006

Petites chroniques  de la vie de papa.

je vous souhaite bonne lecture.

Si ce blog vous plait, vous pouvez vous tenir au courant des nouveaux articles en inscrivant votre mail dans la case "Newsletter"

Recherche

Mails

Pour joindre Georges : g.boffi@free.fr

Articles Récents

  • Monologue du Génie
    La vie de génie dans une bouteille est plutôt tranquille. Évidemment, il ne faut pas avoir besoin d’une vie sociale exaltante. Pas question de soirées entre amis ni de folles virées à travers la ville, passant de bars en boites de nuits. Contrairement...
  • Dans mes bras
    Tu ne te souviens pas du nombre de fois où je t’ai pris dans mes bras. Du jour de ta naissance à peine libéré de ton cordon à tes cauchemars qui me font me lever au milieu de la nuit. Des soirées à chercher ton sommeil de bébé aux câlins qui nous font...
  • Et gronde l'océan du monde
    Quand je te regarde mon amour, petite fille blonde aux yeux clairs, quand je te regarde, je vois un bébé face à l’océan. Les vagues gigantesques du monde qui vient, pleines du bruit et de la fureur d’une humanité malade. Ces rouleaux qui broient même...
  • Juste écrire
    C’est drô le comme il suffit d’un rien parfois. Juste une phrase lu sur le net ou dans un livre, un déclic et tu te dis que tu as envie d’écrire. Écrire c’est difficile mine de rien, c’est épuisant, vidant. C’est quelques fois comme si on s’écorchait...
  • A pleines dents
    Tristan a mordu un camarade l’école. Alors, que les choses soient claires, je ne lui en veux pas fondamentalement pour ça. D’accord, ce n’est pas sympa, cela ne se fait pas de mordre les autres, il faut le disputer pour le principe, le punir si nécessaire...
  • Les dinosaures ont disparus
    C’est le cycle de la vie, les dinosaures s’éteignent. Louise les délaisse petit à petit, au point qu’ils ont quasiment disparu de ses jeux et de ses lectures. Ils sont remplacés par les licornes et les chevaux. Après en avoir discuté avec d’autres parents,...
  • Les seconds seront...les seconds.
    Pas facile d'être le second. J’ai toujours eu l’impression de comprendre Louise, j’ai commis des erreurs, trop stimulé son petit cerveau je crois, mais on veut toujours faire bien pour le premier enfant. Et puis, le premier enfant et toujours le centre...
  • Qu'il était beau mon moyen-âge
    C’est bien d’être entre mecs. Enfin bon, on ne passe pas notre temps à parler foot et politique comme le font la plupart des mecs. Tristan n’en est heureusement pas encore à ce moment de sa vie. Non, il parle plutôt de jeux, de dessins animés, de chocolat...
  • Seul avec Papa
    Les filles sont parties. Hé oui, cette semaine, Carole et Louise sont en classe découverte. Cinq jours loin de la maison. Me voilà donc tout seul avec mon fils. Je ne suis pas sûr que Carole se rende compte à quel point c'est dangereux d'avoir fait ça....
  • Tristan, il faut qu'on cause.
    Bon, nous y voilà. Je vous avais expliqué les déboires de Tristan avec l’autorité scolaire qu’est sa maitresse en titre. Bon, je ne peux pas juger, n’étant pas présent, si c’est la maitresse qui déteste mon fils ou si c’est mon fils qui a, par moments...