Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 15:57

P1140508Tristan profite de la neige.

Mais à la maison, il est malade. Et comme il ne sait pas faire les choses à moitié, il est sous piqûre d'antibiotiques. Donc tous les jours, pendant une semaine un infirmier va venir lui faire un trou dans sa fesse pour y injecter un produit chimique.

Je dis un infirmier parce que se sera un homme. Celui de hier c'était le genre beau gars dans les deux mêtre et je me la pète avec mon petit sourire et ma petite seringue. Parce qu'il faut savoir que lorsque le médecin a proposé à Carole de soigner Tristan par piqûres à la maison (c'était ça ou un séjour à l'hosto), il lui a laissé le choix entre une équipe d'infirmières ou une équipe d'infirmiers (les deux oeuvrant sur le secteur), et que choisi ma moitié ?? Après elle me sort des excuses du genre :

  "moi, je m'en moque, j'ai juste demander au médecin quel était l'équipe le plus douce avec les enfants, il m'a répondu : les infirmiers, c'est tout...C'est après que j'ai vu les photos...".

C'est le genre de mec énervant, grand, gentil, posé, adorable avec Tristan, lui parlant doucement pour le rassurer et, vu les réactions du bébé, très adroit avec une aiguille. Manquerait plus qu'il soit hétéro et on risque de le retrouver un jour avec une hache dans le dos et un tesson de canette de bière dans le crâne. L'honneur des vrais mâles aura été lavé.

Le pire ce serait qu'il soit pareil quand il rentre chez lui. J'aime à croire qu'une fois à la maison, il se débarrasse de son manteau et de sa blouse, qu'il enfile un vieux survêtement élimé, s'affale sur le canapé avec un whisky glaçons et des cacahuettes et raconte à sa femme sa journée de merde à voir des vieux chiants et un bébé braillant, avec en plus ces faignasses qui sont même pas foutues de dégager les routes et tout et tout, en attendant que chauffe le ragoût.

Non parce que vous imaginez si en retrant chez lui, ce mec là est aussi gentil  avec ses enfants qu'il l'est avec Tristan, aussi calme et prévenant avec sa femme qu'il l'est avec nous. Ca donnerait presque des envies de l'étrangler, si mes mains pouvaient atteindre son cou.

Je me rassure en me disant que moi qui suis dans le commerce, je ne suis pas le même avec mes clients qu'avec ma famille. Encore heureux. Dans le commerce faut être un peu faux cul si on veut survivre et moi je survis bien.

Donc Tristan profite de la neige en regardant par le fenêtre et en s'extasiant sur les flocons qui tombent ou sur le chat qui se gèle les coussinets dans la poudreuse. Ce serait peut-être une idée pour faire baisser sa température ça, une roulade dans la neige. Surtout qu'au niveau fièvre, il ne fait pas les choses à moitier le fifils à sa maman, il nous fait des poussées au-delà de quarante degrés. Ce qui inquiète beaucoup Carole. J'ai eu pas mal d'épisodes fièvreux quand j'étais petit et j'ai dépassé les records de Tristan plus d'une fois, je me fait donc moins de souci. Carole a peur que le petit cerveau de Tristan supporte mal la température, je suis la preuve vivante qu'on monter à plus de quarante et un degrés et garder un esprit intact...

Et puis en ayant de la fièvre, Tristan peut faire ce qu'il adore : se balader en couche dans la maison. Enfin jusqu'au moment où il décide d'enlever celle-ci en disant "caca..beurk", et en partant les fesses à l'air pouruivit par sa maman toujours soucieuse de la dignité de sa progéniture.

Après tout, elle pourra toujours se consoler en causant avec le bellâtre médical pendant que moi je serais au boulot. Parce qu'en plus, avec les vacances, elle va être là tous les jours quand l'autre niais viendra avec ses petits outils pour sa corvée de poiçonnage de fesses de bébé. Elle a déjà prévu de faire venir la marraine de Tristan pour qu'elle puisse se faire une idée du bestiaux, je serais pas étonné, si courant de la semaine prochaine je voyais débarquer belle maman genre, :"je viens boire le café à l'improviste, j'ai apporté les petits fours". La prochaine fois c'est moi qui choisirai le piqueur en chef. J'en prendrai un tout moche et tout bête ou je choisirai l'équipe des infirmières.

Avec ma chance, elle seront toutes proches de la retraite avec un caractère de bouldogue.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

andréa 18/12/2010 09:55



"je suis la preuve vivante qu'on monter à plus de quarante et un degrés et garder
un esprit intact..."


> ça c'est toi qui le dit!! 


Attends pourquoi demander a avoir Sim comme infirmier quand on peut avoir Patrick Jane!! (et surtout est-ce que je peux venir boire le café à l'improviste, j'amène les petits fours!!)



Jo 18/12/2010 10:32



Carole me dit que tu peux venir cet après midi (forcement, je serai au taf, moi !!) ou quand tu veux la semaine prochaine. 


Ca va faire un peu soirée cheappendale !! C'est pathétique....: )



Présentation

  • : Le blog de Tristan
  • Le blog de Tristan
  • : Né le 26/08/2009 à 11h25
  • Contact

Bonjour et bienvenu

Tristan, c'est mon fils, il est né le 26 aout 2009. Il a une soeur, Louise, née en avril 2006

Petites chroniques  de la vie de papa.

je vous souhaite bonne lecture.

Si ce blog vous plait, vous pouvez vous tenir au courant des nouveaux articles en inscrivant votre mail dans la case "Newsletter"

Recherche

Mails

Pour joindre Georges : g.boffi@free.fr

Articles Récents

  • Monologue du Génie
    La vie de génie dans une bouteille est plutôt tranquille. Évidemment, il ne faut pas avoir besoin d’une vie sociale exaltante. Pas question de soirées entre amis ni de folles virées à travers la ville, passant de bars en boites de nuits. Contrairement...
  • Dans mes bras
    Tu ne te souviens pas du nombre de fois où je t’ai pris dans mes bras. Du jour de ta naissance à peine libéré de ton cordon à tes cauchemars qui me font me lever au milieu de la nuit. Des soirées à chercher ton sommeil de bébé aux câlins qui nous font...
  • Et gronde l'océan du monde
    Quand je te regarde mon amour, petite fille blonde aux yeux clairs, quand je te regarde, je vois un bébé face à l’océan. Les vagues gigantesques du monde qui vient, pleines du bruit et de la fureur d’une humanité malade. Ces rouleaux qui broient même...
  • Juste écrire
    C’est drô le comme il suffit d’un rien parfois. Juste une phrase lu sur le net ou dans un livre, un déclic et tu te dis que tu as envie d’écrire. Écrire c’est difficile mine de rien, c’est épuisant, vidant. C’est quelques fois comme si on s’écorchait...
  • A pleines dents
    Tristan a mordu un camarade l’école. Alors, que les choses soient claires, je ne lui en veux pas fondamentalement pour ça. D’accord, ce n’est pas sympa, cela ne se fait pas de mordre les autres, il faut le disputer pour le principe, le punir si nécessaire...
  • Les dinosaures ont disparus
    C’est le cycle de la vie, les dinosaures s’éteignent. Louise les délaisse petit à petit, au point qu’ils ont quasiment disparu de ses jeux et de ses lectures. Ils sont remplacés par les licornes et les chevaux. Après en avoir discuté avec d’autres parents,...
  • Les seconds seront...les seconds.
    Pas facile d'être le second. J’ai toujours eu l’impression de comprendre Louise, j’ai commis des erreurs, trop stimulé son petit cerveau je crois, mais on veut toujours faire bien pour le premier enfant. Et puis, le premier enfant et toujours le centre...
  • Qu'il était beau mon moyen-âge
    C’est bien d’être entre mecs. Enfin bon, on ne passe pas notre temps à parler foot et politique comme le font la plupart des mecs. Tristan n’en est heureusement pas encore à ce moment de sa vie. Non, il parle plutôt de jeux, de dessins animés, de chocolat...
  • Seul avec Papa
    Les filles sont parties. Hé oui, cette semaine, Carole et Louise sont en classe découverte. Cinq jours loin de la maison. Me voilà donc tout seul avec mon fils. Je ne suis pas sûr que Carole se rende compte à quel point c'est dangereux d'avoir fait ça....
  • Tristan, il faut qu'on cause.
    Bon, nous y voilà. Je vous avais expliqué les déboires de Tristan avec l’autorité scolaire qu’est sa maitresse en titre. Bon, je ne peux pas juger, n’étant pas présent, si c’est la maitresse qui déteste mon fils ou si c’est mon fils qui a, par moments...