Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 20:38

P1140634Ah, les dimanches entre nous. Au calme, tous les quatre comme une vraie famille. Comme dans la petite maison dans la prairie.

D'abord le réveil de Tristan à six heures trente. En plus de mauvaise humeur, mal réveillé. Bon, Carole m'a laissé dormir ce matin pendant qu'elle s'occupait du bébé râleur. Et Louise s'est levée dans la foulée de son frère, forcément, quand l'un fait quelque chose, l'autre veut faire pareil.

Quand je me suis réveillé, Carole avait recouché Tristan, Louise jouait sur l'ordinateur, le chat dormait sur les escaliers et il pleuvait dehors, bref un vrai dimanche d'hiver.

Tristan s'est levé à onze heures. Il avait faim. Et Tristan qui a faim, c'est quelque chose. Monsieur connaît tous les placards, il sait où se trouve tous les trucs comestibles à son goût et il n'hésite pas à se servir. Il n'est pas rare de le voir arriver dans le salon, l'air décontracté, un craquinette à la main qu'il enfourne dans sa bouche entre deux phrases codées en bébé. En plus dans ces cas là, il est tout fier de lui et il me ressemble tellement que je n'ai pas la force de le disputer.

De tout façon, il s'en moque de ce que je lui dit. Il a pris l'habitude de grimper sur le canapé. Bien sûr, Carole et moi, l'imaginons à chaque fois tombant la tête la première carrelage. Donc nous lui interdisons le canapé. Sauf que il n'écoute rien. Ou plutôt si, il écoute mais brave les interdits tel le rebelle en couche qu'était sa maman à son âge. Non seulement, il continue à monter sur le canapé, mais il pousse le vice jusqu'à appeler quand il est debout dessus :" Maman, regarde" (enfin ça, mais en langage bébé codé). Et le voilà tout content courant d'un bout à l'autre du canapé et nous faisant sauter quelques battements de coeur et perdre quelques années d'espérance de vie.

Ce qui l'éclate aussi beaucoup, mon fils, c'est la souris de mon portable. Il suffit, comme cet après-midi que je m'installe tranquillement avec l'ordinateur pour faire des choses importantes et très intelligentes (je fait toujours des choses importantes et très intelligentes avec un ordinateur, moi) pour qu'il vienne sur moi, attrape la souris et ferme toutes les fenêtres que j'avais ouvertes et m'oblige à recommencer l'article que je venais de terminer pour le blog et qui me semblait être un des meilleurs jamais écrit avec tout ce qu'il faillait pour vous tenir en haleine pendant des heures et drôle à faire péter la gaine de belle-maman. Et quand, dans un mouvement de colère, je lui confisque la souris, il en profite pur appuyer sur le bouton d'extinction du portable.

Là,, je me dit que le dimanche idyllique n'a pas pris le bon chemin. Quand soudain, Louise, qui ne supporte pas que son frère soit près de moi plus de trois minutes sans intervenir, arrive, se colle à moi, Tristan fait pareil de l'autre côté. Et me voila donc coincé entre mes deux enfants, regardant l'écran éteint de l'ordinateur et de l'aute côté, Carole ricanant derrière son livre.

Tristan s'est réveillé de sa sieste à quinze heures, là, il a décidé qu'il avait faim. Pourtant il s'était bâfrer à midi. On lui explique gentiment que non, le goûter c'est à seize heures. Et quelques minutes après, on retrouve pépère dans la cuisine, ayant décidé de mélanger à même le sol la farine et le cacao, encore un peu et il y mettait du sucre en poudre et de la maizena. le tout sous le regard de Louise qui ne trouve rien de mieux à dire que "ohhhh ! regaaarde mamaaan ce qu'il fait Tristaaaannn!" Là, j'ai une vision de Charles Ingales, massacrant ses enfants avec sa hache.

Enfin, entre Louise qui a refusé de manger ce soir et Tristan qui ne voulais pas se coucher. Le dimanche s'est terminé sur une soirée tranquille, sans télé. Pas vraiment en tête à tête vu que moi j'écrivais cet article pendant que Carole discutait au téléphone avec la marraine de Tristan des avantages d'essayer un homme avant de l'adopter.

Et voilà un dimanche calme et reposant, en famille. Heureusement que je peux dormir au boulot, sinon je ne sais pas comment je tiendrais.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mamie kit 12/01/2011 20:44



bon, je me disais aussi... il fallait que cela se retourne contre moi. remarque, c'est normal vu l'élasticité de ces "petites" choses !



mamie kit 10/01/2011 14:51



bon sang de bonsoir... moi qui la cherchait partout depuis Noël. Avoue mon bo-fils, c'est toi qui me l'a piqué, ma gaine platex..Je me disais aussi que t'avais perdu du ventre.



Jo 10/01/2011 23:50



Voui et Louise l'aime beaucoup, je lui ai fait une cabane avec... : )


 


 



andrea 10/01/2011 10:50



tres jolie foto!


 


ah nous on a un peu plus de chance! j'ai passé une partie de la journée a dessiner des monstres monstrueux et a regarder des reportages sur les requins pelerins...


(est-ce qu'un jour elle jouera a la poupée tranquillement dans sa chambre??)


 


bisous bisous!



Jo 10/01/2011 11:01



Le jour où elle jouera avec des Barbies, qu'elle voudra des robes de princesses et des habits roses avec des paillettes, tu regretteras l'époque où elle aimait les monstres monstrueux : )



steph 10/01/2011 00:14


la meme coupe de cheveux ! Il etait bon le gateau de tristan ?


Jo 10/01/2011 07:23



Il faut bien qu'on se ressemble quelque part : ) Voui, les gâteaux c'est toujours bon !!



Présentation

  • : Le blog de Tristan
  • Le blog de Tristan
  • : Né le 26/08/2009 à 11h25
  • Contact

Bonjour et bienvenu

Tristan, c'est mon fils, il est né le 26 aout 2009. Il a une soeur, Louise, née en avril 2006

Petites chroniques  de la vie de papa.

je vous souhaite bonne lecture.

Si ce blog vous plait, vous pouvez vous tenir au courant des nouveaux articles en inscrivant votre mail dans la case "Newsletter"

Recherche

Mails

Pour joindre Georges : g.boffi@free.fr

Articles Récents

  • Monologue du Génie
    La vie de génie dans une bouteille est plutôt tranquille. Évidemment, il ne faut pas avoir besoin d’une vie sociale exaltante. Pas question de soirées entre amis ni de folles virées à travers la ville, passant de bars en boites de nuits. Contrairement...
  • Dans mes bras
    Tu ne te souviens pas du nombre de fois où je t’ai pris dans mes bras. Du jour de ta naissance à peine libéré de ton cordon à tes cauchemars qui me font me lever au milieu de la nuit. Des soirées à chercher ton sommeil de bébé aux câlins qui nous font...
  • Et gronde l'océan du monde
    Quand je te regarde mon amour, petite fille blonde aux yeux clairs, quand je te regarde, je vois un bébé face à l’océan. Les vagues gigantesques du monde qui vient, pleines du bruit et de la fureur d’une humanité malade. Ces rouleaux qui broient même...
  • Juste écrire
    C’est drô le comme il suffit d’un rien parfois. Juste une phrase lu sur le net ou dans un livre, un déclic et tu te dis que tu as envie d’écrire. Écrire c’est difficile mine de rien, c’est épuisant, vidant. C’est quelques fois comme si on s’écorchait...
  • A pleines dents
    Tristan a mordu un camarade l’école. Alors, que les choses soient claires, je ne lui en veux pas fondamentalement pour ça. D’accord, ce n’est pas sympa, cela ne se fait pas de mordre les autres, il faut le disputer pour le principe, le punir si nécessaire...
  • Les dinosaures ont disparus
    C’est le cycle de la vie, les dinosaures s’éteignent. Louise les délaisse petit à petit, au point qu’ils ont quasiment disparu de ses jeux et de ses lectures. Ils sont remplacés par les licornes et les chevaux. Après en avoir discuté avec d’autres parents,...
  • Les seconds seront...les seconds.
    Pas facile d'être le second. J’ai toujours eu l’impression de comprendre Louise, j’ai commis des erreurs, trop stimulé son petit cerveau je crois, mais on veut toujours faire bien pour le premier enfant. Et puis, le premier enfant et toujours le centre...
  • Qu'il était beau mon moyen-âge
    C’est bien d’être entre mecs. Enfin bon, on ne passe pas notre temps à parler foot et politique comme le font la plupart des mecs. Tristan n’en est heureusement pas encore à ce moment de sa vie. Non, il parle plutôt de jeux, de dessins animés, de chocolat...
  • Seul avec Papa
    Les filles sont parties. Hé oui, cette semaine, Carole et Louise sont en classe découverte. Cinq jours loin de la maison. Me voilà donc tout seul avec mon fils. Je ne suis pas sûr que Carole se rende compte à quel point c'est dangereux d'avoir fait ça....
  • Tristan, il faut qu'on cause.
    Bon, nous y voilà. Je vous avais expliqué les déboires de Tristan avec l’autorité scolaire qu’est sa maitresse en titre. Bon, je ne peux pas juger, n’étant pas présent, si c’est la maitresse qui déteste mon fils ou si c’est mon fils qui a, par moments...