Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 11:14

P1140345

Hier Tristan et moi on s'est baladés.

Et c'est plus tranquille qu'avec sa soeur. Quand je me promenais avec Louise petite elle refusait qu'on la porte, elle s'arrêtait pour tailler une bavette avec tous les cailloux de la route, elle partait en exploration dans les flaques d'eau et elle voulait absolument nous montrer qu'elle était assez grande pour descendre du trottoir et marcher au milieu de la route. Tristan, il veut que je le porte, c'est plus facilement gérable.

Après, les enfants changent vite. Quand ils sont tout petit, ils changent de rythme à toute vitesse. Tristan est dans une phase où il ne dort pas le matin un jour sur deux. D'ici peu, il ne fera plus de sieste le matin ce qui réduira mes moments de tranquillité, les jours où je serai à la maison. Et bientôt, il ne voudra plus que je le porte. Il voudra marcher seul, faire ses propres expériences, rencontrer ses cailloux à lui, ne plus que je lui tienne la main pour aller à l'école, ne plus que je vienne le chercher tout court "où alors, tu peux te garer loin, non parce que tu vois mes potes ils se foutent toujours de moi quand ils me voient monter dans ta voiture orange...Dis, tu veux pas changer de voiture ?? Trouver un truc plus classe, qui en jette plus...tuné en plus ce serait bien."...Ingrat.

On ne garde en tête que ce qu'une partie de ce qu'ont été nos enfants petits. Quand je demande à ma maman comment j'étais petit et qu'elle me répond que j'étais "adorable, très sage, surtout très, très vif d'esprit et pas mal en avance sur les crétins de mon âge...", je sais que ce n'est qu'une partie de la vérité et qu'elle occulte certains bons côtés. Si Louise me demandait comment elle était petite, je ne pourrais lui répondre que sur les généralités sur les grands traits, j'ai oublié pleins de choses.

On ne peut pas tout retenir. On retient les moments forts, tout le reste se mélange, pour devenir le souvenir vague, le "quand tu étais petit tu étais comme ci ou comme ça" mais au final on a très peu d'exemples en tête pour étayer ce qu'on dit.

Je me souviens des promenades avec Louise, des sorties au square, des "on va chercher le pain !", en été, en hiver. Je me souviens des heures passées à l'endormir, sur mon épaule, dans un cosi, dans son lit. Je me souviens des réveils tôt, des bains qu'elle adorait, puis qu'elle a détesté un temps. J'ai très peu de souvenirs de jeux, je sais pas pourquoi. 

Je me dis que j'aurais dû noter des choses, faire un journal. Quelque chose qui me permettrais de garder une trace au jour le jour. J'ai eu l'occasion de lire des vieux agendas qui appartenaient à ma grand-mère paternelle. Elle y notait ses rendez-vous, elle était sage-femme, mais aussi de temps en temps des petites remarques. Son fils aîné est mort "à la guerre" comme on dit, j'ai hérité de son prénom. Tous les ans au jour de sa mort, elle écrivait combien il lui manquait, sa douleur de mère. Et au jour de ma naissance, premier petit-fils, elle a écrit un petit texte sur moi, sur ce que je représentais pour elle. J'ai rarement été aussi ému de lire un truc. Ma grand-mère à été paralysée par une attaque alors que j'avais quatre ans. Je l'ai très mal connue.

Je ne sais pas pour vous, mais en ce qui me concerne, je ne garde pas que les bons souvenirs en tête. Je me rappelle des colères prises à cause de Louise, des quasi nuits blanches de Tristan. De temps en temps en voyant Tristan, je me rappelle de Louise faisant les mêmes choses ou totalement l'inverse.

Les mauvais souvenirs restent, mais les sentiments passent. Je me rappelle des moments où je me suis fâché contre mes enfants, mais la colère n'est plus là, je vois même les choses avec du recul en me disant qu'il y avait peut-être moyen de faire autrement que de se fâcher.

Quand je me remémore les balades avec Louise, les discussions du soir avant qu'elle s'endorme, les heures au pied de son lit à la regarder dormir (en me demandant si elle ne va pas se réveiller au moindre de mes mouvements et se remettre à pleurer), j'ai toujours un pincement au coeur, une espèce de montée d'amour et de nostalgie pour ces instants précieux.

Au final, avec le temps, seul l'amour reste. C'est rassurant.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

andrea 12/12/2010 20:50



que ça fait du bien de te lire! ça clôture bien la journée je trouve. L'amour c'est bien tout ce qui compte!



Jo 12/12/2010 21:23



 En plus ça tombe bien, ce soir Louise à décidée de ne pas faire mentir le titre de l'article...C'est bien la fille de sa mère ça !!!!



Présentation

  • : Le blog de Tristan
  • Le blog de Tristan
  • : Né le 26/08/2009 à 11h25
  • Contact

Bonjour et bienvenu

Tristan, c'est mon fils, il est né le 26 aout 2009. Il a une soeur, Louise, née en avril 2006

Petites chroniques  de la vie de papa.

je vous souhaite bonne lecture.

Si ce blog vous plait, vous pouvez vous tenir au courant des nouveaux articles en inscrivant votre mail dans la case "Newsletter"

Recherche

Mails

Pour joindre Georges : g.boffi@free.fr

Articles Récents

  • Monologue du Génie
    La vie de génie dans une bouteille est plutôt tranquille. Évidemment, il ne faut pas avoir besoin d’une vie sociale exaltante. Pas question de soirées entre amis ni de folles virées à travers la ville, passant de bars en boites de nuits. Contrairement...
  • Dans mes bras
    Tu ne te souviens pas du nombre de fois où je t’ai pris dans mes bras. Du jour de ta naissance à peine libéré de ton cordon à tes cauchemars qui me font me lever au milieu de la nuit. Des soirées à chercher ton sommeil de bébé aux câlins qui nous font...
  • Et gronde l'océan du monde
    Quand je te regarde mon amour, petite fille blonde aux yeux clairs, quand je te regarde, je vois un bébé face à l’océan. Les vagues gigantesques du monde qui vient, pleines du bruit et de la fureur d’une humanité malade. Ces rouleaux qui broient même...
  • Juste écrire
    C’est drô le comme il suffit d’un rien parfois. Juste une phrase lu sur le net ou dans un livre, un déclic et tu te dis que tu as envie d’écrire. Écrire c’est difficile mine de rien, c’est épuisant, vidant. C’est quelques fois comme si on s’écorchait...
  • A pleines dents
    Tristan a mordu un camarade l’école. Alors, que les choses soient claires, je ne lui en veux pas fondamentalement pour ça. D’accord, ce n’est pas sympa, cela ne se fait pas de mordre les autres, il faut le disputer pour le principe, le punir si nécessaire...
  • Les dinosaures ont disparus
    C’est le cycle de la vie, les dinosaures s’éteignent. Louise les délaisse petit à petit, au point qu’ils ont quasiment disparu de ses jeux et de ses lectures. Ils sont remplacés par les licornes et les chevaux. Après en avoir discuté avec d’autres parents,...
  • Les seconds seront...les seconds.
    Pas facile d'être le second. J’ai toujours eu l’impression de comprendre Louise, j’ai commis des erreurs, trop stimulé son petit cerveau je crois, mais on veut toujours faire bien pour le premier enfant. Et puis, le premier enfant et toujours le centre...
  • Qu'il était beau mon moyen-âge
    C’est bien d’être entre mecs. Enfin bon, on ne passe pas notre temps à parler foot et politique comme le font la plupart des mecs. Tristan n’en est heureusement pas encore à ce moment de sa vie. Non, il parle plutôt de jeux, de dessins animés, de chocolat...
  • Seul avec Papa
    Les filles sont parties. Hé oui, cette semaine, Carole et Louise sont en classe découverte. Cinq jours loin de la maison. Me voilà donc tout seul avec mon fils. Je ne suis pas sûr que Carole se rende compte à quel point c'est dangereux d'avoir fait ça....
  • Tristan, il faut qu'on cause.
    Bon, nous y voilà. Je vous avais expliqué les déboires de Tristan avec l’autorité scolaire qu’est sa maitresse en titre. Bon, je ne peux pas juger, n’étant pas présent, si c’est la maitresse qui déteste mon fils ou si c’est mon fils qui a, par moments...