Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 20:17

Louise grandit.

Elle en est à me demander de la déposer devant l’école plutôt que de l’accompagner jusqu’à la grille. Bon je sais qu’il y a une part de bravade, histoire de pouvoir montrer aux autres qu’elle est une grande. Et puis l’école,DSCF1652 elle connait maintenant, elle n’a pas peur d’y aller, elle a même une sorte de seconde vie à l’école, comme les adultes avec le travail.

Elle est à l’âge où elle est super contente d’avoir des devoirs. Les devoirs c’est pour les grands, et maintenant qu’elle en a, elle est grande. Cela lui permet de faire bisquer son frère ou de lui expliquer d’un ton très sérieux, que non elle ne peut pas jouer avec lui parce que tu comprends, j’ai mes devoirs à faire parce que je suis grande et que toi tu es encore trop petit pour en et mais que tu en auras quand tu seras grand, mais que là je dois les faire avecpapa.

Oui parce qu’on a décidé que ce serait moi qui ferais les devoir avec Louise. D’abord parce que je suis là plus tôt à la maison la plupart du temps et surtout parce que Carole étant sa maitresse, c’est mieux que ce soit moi qui fasse le travail prévu à la maison.

Louise s’est bien faite à cette situation, elle fait la différence entre l’école et la maison. A l’école, c’est maitresse, à la maison c’est maman. J’ai même l’impression de sentir une certaine distance quand Louise parle à sa maman à l’école, une distance qui n’existe pas à la maison. C’est fou comme on peut rendre facilement un enfant schizophrène.

Après, elle cherche aussi à en profiter un peu. Elle est très curieuse quand Carole corrige les cahiers à la maison, elle aimerait bien savoir qui a réussi qui s’est planté, histoire de faire sa commère dans la cours je présume.

La barrière école, maison s’étant aussi à Tristan. Mes deux enfants sont très proche, ils jouent beaucoup ensemble. Enfin, ils jouent, ils se disputent, ils se battent, ils se réconcilient et rejouent ensemble. Et pas forcément dans cet ordre d’ailleurs. Mais à l’école, ils ne jouent pas ensemble. Louise joue avec les grands et Tristan avec les petits.

Mon fils ne s’en plaint pas. De toute façon, du moment où il y a un toboggan, de la peinture, de la pâte à modeler et des perceuses en plastique, il est heureux.

Depuis que Tristan est à l’école, c’est vrai que j’ai gagné un peu de tranquillité. Les jours où je ne travaille pas, je peux enfin me reposer sans enfants. Je vais les chercher pour manger le midi, et je peux faire une grosse sieste l’après-midi. Louise à décider que les jours où je ne travaille pas seront les « journées papa » parce qu’ils mangent avec moi le midi et que je vais les chercher le soir.

Ce qui est bizarre pour moi, maintenant que Tristan est à l’école, c’est d’aller les chercher seul. Depuis qu’il a quatre mois, je vais récupérer Louise à la sortie de l’école avec lui. Il a toujours été là, dans mes bras ou par terre à courir partout. Il détournait l’attention des gens qui ne regardaient que lui, il était un sujet facile de conversation avec les autres parents ou les nounous.

Maintenant, je viens tout seul les chercher. Je n’ai plus l’excuse de devoir courir après mon fils pour éviter les conversations ennuyeuses, je suis obligé de parler de la pluie et du beau temps plutôt que de mon fils, je dois faire semblant de trouver les bébés des autres mignons et intéressants, alors qu’il n’arrivent pas à la cheville des miens.

Je ne me plains pas non plus. Je suis plutôt content qu’ils grandissent, je n’ai pas la nostalgie de mes enfants bébés. Moi je préfère pouvoir interagir avec eux, pouvoir parler et rire avec eux, c’est quand même plus stimulant qu’un bébé, même mignon, dont la seule contribution au dialogue familial tiens au fond de sa couche. Plus ils grandissent, plus j’aime parler avec mes enfants, plus j’aime jouer avec eux, découvrir avec eux. Je profite plus d’eux maintenant que quand ils étaient tout petit et je pense que je vais profiter d’eux de plus en plus.

Rien ne me fait plus plaisir que nos repas ensemble, quand non parlons, quand non rions, quand je ne suis pas obliger de me fâcher pour que Tristan mange ou que Louise reste assise sur sa chaise.

Un bébé, c’est mignon, mais quand on y regarde bien, c’est ennuyeux. Alors je suis content que mes enfants grandissent, et j’espère qu’ils vont continuer à grandir et à m’étonner de plus en plus.

Et j’ai hâte de pouvoir avoir de grandes conversations avec eux, de voir comment leur esprit comprend le monde et de confronter ce que je sais avec ce qu’ils espèrent.

Enfin pas trop vite non plus. Ils faut aussi que je profite du fait que je suis encore plus malin qu’eux, ça va pas durer.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mamie 07/10/2012 19:52


j'aurais du te ramener un plus gros cadeau du Maroc, au lieu de quelques dattes de l'oasis de Fint perdue au fond du désert. trop bien, ton blog....( n'en profite pas pour embaucher Papou pour
tondre le gazon et Mamie pour plier tes cal.....! Argh. Que calà fait du bien de se lâcher par internet interposé !)

Présentation

  • : Le blog de Tristan
  • Le blog de Tristan
  • : Né le 26/08/2009 à 11h25
  • Contact

Bonjour et bienvenu

Tristan, c'est mon fils, il est né le 26 aout 2009. Il a une soeur, Louise, née en avril 2006

Petites chroniques  de la vie de papa.

je vous souhaite bonne lecture.

Si ce blog vous plait, vous pouvez vous tenir au courant des nouveaux articles en inscrivant votre mail dans la case "Newsletter"

Recherche

Mails

Pour joindre Georges : g.boffi@free.fr

Articles Récents

  • Monologue du Génie
    La vie de génie dans une bouteille est plutôt tranquille. Évidemment, il ne faut pas avoir besoin d’une vie sociale exaltante. Pas question de soirées entre amis ni de folles virées à travers la ville, passant de bars en boites de nuits. Contrairement...
  • Dans mes bras
    Tu ne te souviens pas du nombre de fois où je t’ai pris dans mes bras. Du jour de ta naissance à peine libéré de ton cordon à tes cauchemars qui me font me lever au milieu de la nuit. Des soirées à chercher ton sommeil de bébé aux câlins qui nous font...
  • Et gronde l'océan du monde
    Quand je te regarde mon amour, petite fille blonde aux yeux clairs, quand je te regarde, je vois un bébé face à l’océan. Les vagues gigantesques du monde qui vient, pleines du bruit et de la fureur d’une humanité malade. Ces rouleaux qui broient même...
  • Juste écrire
    C’est drô le comme il suffit d’un rien parfois. Juste une phrase lu sur le net ou dans un livre, un déclic et tu te dis que tu as envie d’écrire. Écrire c’est difficile mine de rien, c’est épuisant, vidant. C’est quelques fois comme si on s’écorchait...
  • A pleines dents
    Tristan a mordu un camarade l’école. Alors, que les choses soient claires, je ne lui en veux pas fondamentalement pour ça. D’accord, ce n’est pas sympa, cela ne se fait pas de mordre les autres, il faut le disputer pour le principe, le punir si nécessaire...
  • Les dinosaures ont disparus
    C’est le cycle de la vie, les dinosaures s’éteignent. Louise les délaisse petit à petit, au point qu’ils ont quasiment disparu de ses jeux et de ses lectures. Ils sont remplacés par les licornes et les chevaux. Après en avoir discuté avec d’autres parents,...
  • Les seconds seront...les seconds.
    Pas facile d'être le second. J’ai toujours eu l’impression de comprendre Louise, j’ai commis des erreurs, trop stimulé son petit cerveau je crois, mais on veut toujours faire bien pour le premier enfant. Et puis, le premier enfant et toujours le centre...
  • Qu'il était beau mon moyen-âge
    C’est bien d’être entre mecs. Enfin bon, on ne passe pas notre temps à parler foot et politique comme le font la plupart des mecs. Tristan n’en est heureusement pas encore à ce moment de sa vie. Non, il parle plutôt de jeux, de dessins animés, de chocolat...
  • Seul avec Papa
    Les filles sont parties. Hé oui, cette semaine, Carole et Louise sont en classe découverte. Cinq jours loin de la maison. Me voilà donc tout seul avec mon fils. Je ne suis pas sûr que Carole se rende compte à quel point c'est dangereux d'avoir fait ça....
  • Tristan, il faut qu'on cause.
    Bon, nous y voilà. Je vous avais expliqué les déboires de Tristan avec l’autorité scolaire qu’est sa maitresse en titre. Bon, je ne peux pas juger, n’étant pas présent, si c’est la maitresse qui déteste mon fils ou si c’est mon fils qui a, par moments...