Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 15:39
Dans mes bras

Tu ne te souviens pas du nombre de fois où je t’ai pris dans mes bras.

Du jour de ta naissance à peine libéré de ton cordon à tes cauchemars qui me font me lever au milieu de la nuit. Des soirées à chercher ton sommeil de bébé aux câlins qui nous font du bien à tous les deux.

Je ne compte pas toutes les fois où je t’ai pris dans mes bras, ses choses-là ne se comptent pas, elles se vivent. Prendre les gens que j’aime dans mes bras me recharge, me donne de la force comme si je les vampirisais et prenais leur énergie. Et mes bras autour de toi c’est un peu une barrière au monde, une bulle pour nous deux, pour quelques secondes, quelques instants, être, toi et moi, une ile, loin de tout, juste un ilot d’amour simple et chaud.

Evidemment que tu ne comprends pas tout ça, bien sûr que tout cela t’échappe, mais j’en profite, je goûte ses moments parce que je sais qu’ils vont disparaitre. Je ne suis pas idiot, le temps des câlins va toucher à sa fin, tu vas grandir.

Il restera toujours des choses. Il restera toujours tes yeux en billes d’acier qui me fixe quand tu ne t’endormais pas, ton regard perdu lorsque ton esprit reste dans le sommeil malgré les pleurs du cauchemar qui finit de t’agiter, ce sentiment de sécurité que je vois en toi lorsque tu es dans mes bras.

On donne trop de sens aux câlins quand on est adulte tu sais, on en oublie que ce geste est ancestral, gratuit et bienveillant. On nous raconte les arrières pensées, les coups de poignard dans le dos, le baiser du traitre pour que nous perdions le sens simple de ce geste fraternel. Alors en grandissant on perd l’habitude d’en faire, on réserve ça à nos amours, on a le câlin méfiant.

Je crois que c’est dans ces moment-là, lorsque tu es dans mes bras et je te sers fort, que je sais à quoi je sers. J’ai parfois le vertige devant tout ce que je représente pour toi, tu me vois en montagne là où je ne me vois qu’en sable friable. Comment peut-on être aussi peu et autant pour quelqu’un ? C’est te serrer dans mes bras me donne de la valeur. Tu es tout ce qui fait vivre mon monde et te tenir contre moi c’est tenir tout mon monde en une brassée d’amour.

C’est éphémère, je sais. Mes bras devront te laisser partir de plus en plus. D’autre bras t’attendront un jour, je les espère aussi plein d’amour que les miens mais ce ne sera plus mon problème, ce ne sera plus mon histoire. Trop te garder contre moi serait t’enchaîner.

Tu ne te souviens pas du nombre de fois où je t’ai pris dans mes bras. Mais malgré tout, il est important que tu te souviennes d’une chose. Ils seront toujours là pour toi, pour la joie ou la tristesse, pour te soutenir, te consoler ou partager ton bonheur. Chaque fois que tu en auras besoin je serai là pour te prendre contre moi et pour te serrer fort.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Tristan
  • Le blog de Tristan
  • : Né le 26/08/2009 à 11h25
  • Contact

Bonjour et bienvenu

Tristan, c'est mon fils, il est né le 26 aout 2009. Il a une soeur, Louise, née en avril 2006

Petites chroniques  de la vie de papa.

je vous souhaite bonne lecture.

Si ce blog vous plait, vous pouvez vous tenir au courant des nouveaux articles en inscrivant votre mail dans la case "Newsletter"

Recherche

Mails

Pour joindre Georges : g.boffi@free.fr

Articles Récents

  • Monologue du Génie
    La vie de génie dans une bouteille est plutôt tranquille. Évidemment, il ne faut pas avoir besoin d’une vie sociale exaltante. Pas question de soirées entre amis ni de folles virées à travers la ville, passant de bars en boites de nuits. Contrairement...
  • Dans mes bras
    Tu ne te souviens pas du nombre de fois où je t’ai pris dans mes bras. Du jour de ta naissance à peine libéré de ton cordon à tes cauchemars qui me font me lever au milieu de la nuit. Des soirées à chercher ton sommeil de bébé aux câlins qui nous font...
  • Et gronde l'océan du monde
    Quand je te regarde mon amour, petite fille blonde aux yeux clairs, quand je te regarde, je vois un bébé face à l’océan. Les vagues gigantesques du monde qui vient, pleines du bruit et de la fureur d’une humanité malade. Ces rouleaux qui broient même...
  • Juste écrire
    C’est drô le comme il suffit d’un rien parfois. Juste une phrase lu sur le net ou dans un livre, un déclic et tu te dis que tu as envie d’écrire. Écrire c’est difficile mine de rien, c’est épuisant, vidant. C’est quelques fois comme si on s’écorchait...
  • A pleines dents
    Tristan a mordu un camarade l’école. Alors, que les choses soient claires, je ne lui en veux pas fondamentalement pour ça. D’accord, ce n’est pas sympa, cela ne se fait pas de mordre les autres, il faut le disputer pour le principe, le punir si nécessaire...
  • Les dinosaures ont disparus
    C’est le cycle de la vie, les dinosaures s’éteignent. Louise les délaisse petit à petit, au point qu’ils ont quasiment disparu de ses jeux et de ses lectures. Ils sont remplacés par les licornes et les chevaux. Après en avoir discuté avec d’autres parents,...
  • Les seconds seront...les seconds.
    Pas facile d'être le second. J’ai toujours eu l’impression de comprendre Louise, j’ai commis des erreurs, trop stimulé son petit cerveau je crois, mais on veut toujours faire bien pour le premier enfant. Et puis, le premier enfant et toujours le centre...
  • Qu'il était beau mon moyen-âge
    C’est bien d’être entre mecs. Enfin bon, on ne passe pas notre temps à parler foot et politique comme le font la plupart des mecs. Tristan n’en est heureusement pas encore à ce moment de sa vie. Non, il parle plutôt de jeux, de dessins animés, de chocolat...
  • Seul avec Papa
    Les filles sont parties. Hé oui, cette semaine, Carole et Louise sont en classe découverte. Cinq jours loin de la maison. Me voilà donc tout seul avec mon fils. Je ne suis pas sûr que Carole se rende compte à quel point c'est dangereux d'avoir fait ça....
  • Tristan, il faut qu'on cause.
    Bon, nous y voilà. Je vous avais expliqué les déboires de Tristan avec l’autorité scolaire qu’est sa maitresse en titre. Bon, je ne peux pas juger, n’étant pas présent, si c’est la maitresse qui déteste mon fils ou si c’est mon fils qui a, par moments...